2006 janvier

Guizhou - Guangxi (9) retour à Kaili

22 janvier 2006

Avec Chong'an et Matang, la journée fut riche de découvertes et de paysages.
L’heure de retour sur la route de Kaili nous en offrit encore quelques uns comme ces rizières en contrebas aperçues depuis la route. C’est ça l’avantage de voyager avec son chauffeur privé, on peut le faire s’arrêter à souhait pour prendre les photos. ‘La Chine par la vitre du bus’ prend alors une toute autre dimension. Enjoy !

Rizières colorées

Le soir à Kaili, nous sommes affamées. Les émotions ça creuse : ) Nous sommes fatiguées mais nous allons vite reprendre des forces autour d’un véritable Pijiuya (啤酒鸭), un canard à la bière, spécialité de Kaili !

Miam miam le canard à la bière

Une journée bien remplie, comme nous souhaitons voir les suivantes. D’ailleurs il est déjà temps pour nous de réfléchir à la suite de notre périple. Demain nous quittons Kaili  vers d’autres horizons : direction le sud et le Guangxi !

Retour à la présentation

Toutes les photos du voyage (à venir)

Guizhou - Guangxi (8) et puis Matang

22 janvier 2006

Depuis Chong'an 重安, il nous faudra environ 30 minutes pour rejoindre Matang 麻塘. Mais pas une demi-heure de route peinarde à roupiller à l’arrière du mini-bus du restaurateur, plutôt une demi-heure de 4×4 mini-bus à sursauter à chaque relief de la route, à la fin de laquelle nous étions soulagées de voir que notre chauffeur connaissait son affaire.

En effet, il fallait savoir que ces petites routes tortueuses et accidentées étaient les seules qui pouvaient nous mener à Matang. On ne peut pas dire que ce soient les panneaux de signalisation qui gâchent le paysage… A un moment, on finit par tourner à gauche. On pense qu’on va tomber s’engouffrer dans une sorte de forêt, mais non, derrière la muraille d’arbres touffus, se cache en fait un chemin de terre qui descend pour uniquement desservir Matang, notre destination.

A mesure que nous approchons, nous voyons en effet le petit village se dessiner. Il semble comme caché, préservé de la civilisation par les arbres qui masquent la “route”. Mais nous allons découvrir que la civilisation a su trouver d’autres voies pour s’infiltrer à Matang.

Tout d’abord, certains vont dire que je fais une fixette, mais bon, quand même avouer que ça vous surprendait aussi : quelle est la première chose que nous avons vu en descendant du mini-bus ? Un terrain de basket !

Lire la suite »

Guizhou - Guangxi (7) d’abord Chong’an

22 janvier 2006

Après la journée tranquille de la veille, c’est le ventre plein d’un petit déjeuner de petites pâtisseries comme on en trouve partout dans les nombreuses “boulangeries” de Kaili que nous nous sommes dirigées de bon matin vers la gare routière locale de Kaili. Notre objectif de la journée : passer par Chong’an et Matang, 2 villages des minorités de la région.

Sur la route de Chong'an, pose thé au seuil de sa maisonEncore une fois, le problème que nous rencontrons c’est le manque d’informations sur les moyens de rallier un point à un autre. Mais encore une fois, nous sommes bien décidées à faire notre parcours.

Alors c’est reparti pour une heure de petit bus genre tape-cul, avec au programme la suite de notre série “La Chine par la fenêtre du bus”.


Lire la suite »

Guizhou - Guangxi (6) Kaili : pause…

21 janvier 2006

21 janvier, Guiyang ! Pari tenu !

Mais il nous reste encore un pari à tenir, celui de réussir à acheter nos billets de train retour Guiyang - Kaili pour pouvoir partir l’esprit tranquille vers le Sud-Est. Donc dès le pied posé hors du bus qui nous avait ramené de Weining, nous ne pensons qu’à rallier la gare au plus vite.

Quoi que. En chemin, nous tombons sur une banque, sur ma banque. Et comme je suis toujours un peu à l’arrache de sous, on se dit que ça vaut peut-être le coup de demander si je peux récupérer mon virement. Je vous passe les détails, mais, pour faire court, de cette 1ère banque nous avons dû en enchaîner 2 autres, à chaque fois en expliquant mon problème CALMEMENT, pour finalement revenir bredouille pour la simple et bonne raison que nous étions un samedi; Enfin je suis sûre que si nous avions été un lundi je n’aurais pas été plus avancée. Sauf que là en plus, le doute plane toujours, ce qui me fera persister à chercher la semaine suivante… Système bancaire de la ICBC hors de la ville qui tient le compte : à revoir.
Du coup Sandrine devra retirer de l’argent, en plusieurs fois. La plupart des banques du coin n’autorise les retraits d’espèces que dans la limite de 1000 RMB par opération, bonjour les commissions de retrait…

La gare enfin ! Et surtout nos billets de train : 642 yuans pour la 1ère classe, couché mou. Il nous faudra bien ça pour passer les 34 heures. Pour arriver le 1er février à Shanghai, nous partirons le 30 janvier au soir, 2 nuits dans le train en perspective ! Mais ce sera pour plus tard…
10 mètres plus loin,  nous récupérons nos gros sacs de randonneuses laissés à la consigne. On se sent moins légères tout de suite : Enfin ça va, nous, nous portons de bons sacs à dos, bien rembourrés et tout. Pas comme tous ces porteurs de choses diverses et variées que nous avons beaucoup croisés à Guiyang et que je vous restitue dans ma “Galerie de porteurs” :)

Galerie de porteurs de Guiyang et autres

Lire la suite »

Guizhou - Guangxi (5) tout ça pour le Caohaihu

20 janvier 2006

Après une nuit déjà écourtée par le bruit qui régna jusque tard dans la nuit autour de notre chambre de fortune, le lendemain nous n’avons pas tardé non plus à nous lever. 6h30 ready, on ne peut pas dire que ce soit le confort de nos lits ni l’hospitalité des lieux qui nous ont retenues, nous renonçons à la douche trop risquée, d’autant plus que nous pensions prendre un bus postal à 7h tapantes.

Les yeux encore perdus dans les brumes de la nuit, notre jeune hôtesse s’est levée comme convenu, et plutôt que de nous mener à ce fameux bus postal, descendit en pyjama dans la rue encore noire pour y arrêter un taxi qui devait nous mener à la gare routière de Shuicheng 水城, à 5 minutes de là. Entre temps je réalise avoir oublié un sous-vêtement sur place. Mais pas le temps de remonter, nous devons arriver au bus le plus vite possible, certes bon marché, il est réputé pour être très fréquenté, et pas question pour nous de moisir à Shuicheng. Si j’avais su…

Lire la suite »