Internet

Les réseaux sociaux en Chine

19 juillet 2011

Depuis quelques semaines je vois fleurir de nombreux articles au sujet des réseaux sociaux en Chine. Est-ce le redoublement d’intérêt pour ceux-ci en Occident avec le récent lancement de Google+ ou bien un réel développement de ceux-ci et attrait auprès des étrangers ici ? Je ne sais pas très bien, mais, étant comme qui dirait “du métier” je me dois d’en faire à mon tour un petit billet.

Surtout que, mine de rien, j’ai un point de vue assez intéressant. Si si !

Car les réseaux sociaux en Chine, ce n’est pas que les réseaux sociaux utilisés en masse par les Chinois. Pour moi cela recouvre 3 grands aspects :

  • Bien sûr les réseaux sociaux utilisés par les Chinois en Chine
  • Mais aussi, ce qu’il en est pour les étrangers en Chine
  • Et les réseaux chinois qui cherchent à s’exporter

Les réseaux sociaux des Chinois en Chine

Tout d’abord, et oui : les chinois utilisent bien eux-aussi des réseaux sociaux. Non seulement ils les utilisent, mais ils se les sont vraiment appropriés et adaptés à leur usage d’Internet.

Comme pour tout ce qui forme le Web chinois, ici nos grands noms occidentaux ne valent pas grand chose. Tout comme Baidu et Taobao ont su faire un pied de nez à Google et eBay; ou encore Youku et Tudou à YouTube ; QQ Renren Kaixin en font autant à MSN et Facebook.

Réseaux sociaux en Chine

(c) yaycaffeine

Lire la suite »

La banque en ligne chinoise n’aime pas les Mac

19 juin 2011

La banque en Chine est probablement mon sujet de prédilection quand il s’agit d’illustrer en quoi la vie en Chine peut être frustrante et manquer d’efficacité.

Depuis mon arrivée en Chine, j’ai connu différents cas de figure et plusieurs établissements aussi. Suffisamment pour dire qu’il n’existe pas de solutions simple et rapide avec aucune banque locale. Peut-être les banques étrangères telles HSBC ou Standard Chartered offrent de meilleurs services. En tout cas moi je suis à la sauce chinoise. Je n’ai pas vraiment le choix car mon salaire est payé en Chine par une société locale, donc pas le choix de la banque (et oui, c’est comme ça ici !).

Après l’étudiante qui cherche à récupérer un peu d'argent de France en découvrant les méandres du système bancaire chinois avec quelques mots de vocabulaire pour boucler les fins de mois, après la V.I.E payée uniquement en France qui doit faire la même chose mais tous les mois à reculons tellement c’est un cauchemar, c’est maintenant l’employée locale qui a tout son budget sous la main, mais qui veut passer au niveau supérieur de la maitrise de la banque chinoise : Je ne me déplace plus à la banque, je fais tout en ligne !

Vous me direz : déjà pour avoir du cash sur soi, c’est impossible, il faut forcément passer au distributeur.
Je répondrai : Que nenni! J’ai trouvé l’astuce : je recharge en ligne le téléphone de mes collègues au bureau, ils me donnent la somme en cash et au passage je me fais quelques mao de commission. Si vous maitrisez Taobao et le paiement en ligne en Chine, je vous le recommande ! De mon côté, je ne vais presque jamais à l’ATM pour avoir assez de cash sur moi : ]
Ainsi donc, ces derniers temps j’avance de plus en plus vers mon objectif ultime. De mon bureau tout se fait bien car je suis équipée du classique Windows XP avec tous les navigateurs qu’il faut dont l’indispensable (et détesté) Internet Explorer : le portail de la banque en ligne en Chine.

Il faudra que je fasse des articles sur tout cela, c’est un sacré système pour réussir une transaction en ligne ici. Mais aujourd’hui, j’écris ce billet pour déverser ma bile après une après-midi passer à tenter l’impossible : utiliser sa banque en ligne sur un Mac. Car si au boulot je suis sur Windows, chez moi c’est plutôt Apple qui règne avec ordi Mac, iPhone et tout le tralala.

Je ne fais pas plus tenir en haleine, le verdict le voici :

Bank of China sur Mac

Lire la suite »

Entre l’Europe et la Chine, les chercheurs trouveront l’Orient

8 mai 2006

Un article ZDNet France paru vendredi 5 mai dernier fait part du projet de création d’une liaison à très haut débit entre les universités et centres de recherche d’Europe et de Chine. ‘Orient’ (comme Oriental Research Infrastructure to European NeTworks), c’est son nom, devra permettre la réalisation de projets scientifiques communs d’ici 2009, sur des connexions à 2,5 Gb/s.

Outre la démarche scientifique qu’on pourra saluer, s’ajoute à la réalisation des précisions sur la gestion de cette ligne. Bien sûr les membres de la Commission Européenne ne sont pas sans ignorer les méthodes de gestion de l'Internet par le gouvernement chinois.

Du coup, “des engagements ont été pris”, Chinois et Européens devront adopter des politiques d’usages à respecter de manière réciproque. Mais le conduit ne sera pas destiné à l’internet, la majorité des données transmises sera à teneur scientifique (mon oeil :) ). Bref on en est donc pas encore à l’internet libre en Chine

La Chine et l’Europe connectées sur l’Orient

Technologie - La Commission européenne et le gouvernement chinois vont mettre en place une liaison à très haut débit entre les deux continents. Baptisée “Orient”, elle sera réservée aux universitaires et chercheurs dans le cadre de projets scientifiques communs.

de Christophe Guillemin

Lire la suite
ZDNet France - 05/05/2006

Google in China, ou précis sur les us de l’Internet en Chine

23 avril 2006

Alors qu’après une longue semaine d’isolement, je viens de retrouver ma connexion Internet à domicile (merci mon proprio qui avait omis de me signaler que je devais me présenter de moi-même à l’agence de China Telecom pour payer mon abonnement et non pas attendre une hypothétique facture… passons), je découvre avec grand intérêt un article diffusé par un camarade VC (comme Vieux Cons@, spéciale dédicace à mes ex-compagnons d’amphis télécommiens) : Google’s China Problem (and China’s Google Problem).

Il s’agit d’un article du New York Times, un peu long mais qui vaut la peine d’être lu pour peu qu’on ait eu quelques déboires avec ses recherches sur Internet depuis la Chine ou qu’on s’intéresse tout simplement au sujet du fameux Great Firewall of China (Vous aurez bien sûr suivi le parallèle avec le bout de muraille si célèbre par ici).
Si l’article tourne essentiellement autour du cas de la stratégie Google en Chine, il est très instructif sur les usages d’Internet par les chinois, et son contrôle par le gouvernement. Ceux qui comme moi étaient aux premières loges ces derniers mois (”ah mais pourquoi il marche plus ce matin mon bookmark Wikipédia ?!”, c’est du vécu…), la rétrospective vous fera revivre vos meilleurs moments de surf sur la toile chinoise.

Entre stratégies de moteurs de recherche, considérations éthiques sur la censure et technologies permettant de conjuguer le tout, voici un décryptage à prendre le temps de lire (en anglais, oui je sais…) pour démêler les noeuds de la toile et y voir un peu plus clair…

Google’s China Problem (and China’s Google Problem)

For many young people in China, Kai-Fu Lee is a celebrity. Not quite on the level of a movie star like Edison Chen or the singers in the boy band F4, but for a 44-year-old computer scientist who invariably appears in a somber dark suit, he can really draw a crowd. When Lee, the new head of operations for Google in China, gave a lecture at one Chinese university about how young Chinese should compete with the rest of the world, scalpers sold tickets for $60 apiece. At another, an audience of 8,000 showed up; students sprawled out on the ground, fixed on every word…

de Clive THOMPSON

Lire la suite
The New York Times Magazine - 23/04/2006

Merci Pipoun ; ]

Plus de 12000 cybercafés fermés en Chine en 2004

14 février 2005

Les autorités chinoises ont fermé plus de douze mille cafés internet en 2004, afin de “créer un environnement plus sûr pour la jeunesse” a annoncé dimanche l’agence Chine Nouvelle.

Outre la fermeture de ces 12.575 établissements considérés comme illégaux, les autorités ont également procédé à la fermeture de 2.861 clubs de danse et de 3.434 galeries de jeux video, a ajouté l’agence officielle chinoise.

Selon les autorités, ces fermetures font suite à des plaintes de parents selon lesquels la présence des établissements en question, souvent situés près d’écoles, avait “sévèrement affecté les activités culturelles” de leurs enfants.

Le développement de l’internet pose un problème aux autorités de Pékin, partagées entre la nécessité de développer ce moyen de communication essentiel au XXIe siècle et la crainte de voir la population accéder à des informations considéres comme subversives.

La Chine compte quelque 87 millions d’internautes, dont la moitié a moins de 24 ans.

La Tribune - 14/02/05