Redécouvrir Shanghai sur mon Scooter de Rêve

5 juillet 2011

Eté 2010, un nouveau phénomène s’empare de Shanghai : la vespa électrique débarque et séduit les amoureux du deux-roues stylé. Depuis Shanghai n’est plus tout à fait la même…

Publicité Vespa détournée

La Vespa Nouvelle Génération arrive à Shanghai

Bleus, rouges, roses, jaunes, …. ces bolides rétro remis au goût du jour se sont mis à débouler dans les rues, égayant les carrefours de touches vintage tantôt acidulées, tantôt plus classiques. Au début, ils étaient principalement chevauchés par des laowai, mais très vite des chinois ce sont eux aussi laissés conquérir par la tendance écolo-branchée : et oui, ces scooters sont électriques et quasiment 100% silencieux, si on oublie le klaxon !

De quoi contraster avec les sempiternelles énormes berlines allemandes noires et les taxi Santana aux couleurs délavées et autres mini-bus d’un autre âge. Un vrai plaisir pour les yeux et l’environnement !

Ainsi on a vu fleurir dans toute la ville des vendeurs-mécano affichant de véritables arc-en-ciel de ces scooters aux accents de Dolce Vita.

Rien de tel pour tenter le laowai en mal de transport, comprenez => moi…

Moi aussi j’en veux un !

Et oui, l’été dernier, je venais de commencer mon nouveau boulot, dans un bureau pour lequel aller en taxi tous les jours n’était plus du tout économique. J’ai donc commencé tout bêtement par le métro. Sauf que le métro, et bien il est à 15 minutes à pied de chez moi, et en été à Shanghai, 15 minutes à pied… c’est l’horreur.

Après quelques semaines passées à dégouliner de pluie ou de sueur chaque matin en arrivant au bureau, l’idée de venir en scooter a fini par germer dans ma petite tête. Elle a bien sûr été renforcée par ces merveilles rutilantes que je commençais à voir partout (en tout cas c’était mon impression, ou bien cela était-il en train de virer à l’obsession ?).

Bref, j’entame le long processus de collecte d’informations : mais qu’est-ce qu’il faut pour conduire un scooter à Shanghai ? et la plaque d’immatriculation ? et l’assurance ? ça coûte combien ? c’est pas trop dangereux ? Et où est-ce que je vais bien pouvoir trouver ça ?

La Due Diligence du chauffard conducteur de Vespa

Tout d’abord le prix : une rapide recherche sur Internet me montre que je suis loin d’être la seule en recherche d’information. Les forums d’expatriés regorgent de posts sur le sujet. Très vite je comprends que ça coûte autour de 3000 yuans, selon le modèle. Ca rentre dans mon budget ! Un petit tour sur Taobao me le confirme rapidement.

Où les acheter : là aussi, très vite je tombe via les forums sur le site de Scooteretta un revendeur local, mais pas d’adresse sur le site, difficile donc d’aller voir la marchandise. Je lis que certains sont passés par des vendeurs près de chez eux, mais rien par chez moi. Très intéressant tout ça, mais moi j’ai bien envie de trouver bonheur par chez moi, pour les soucis techniques par exemple ça pourrait être pratique (une bonne idée que j’aurai eu là, on verra plus tard pourquoi). Donc je continue mes recherches.

Comment être en règles : là je trouve encore une fois (merci Internet !) un très bon article qui récapitule le tout. Me voilà rassurée : pas besoin de permis pour conduire un scooter électrique ! Mais que lis-je “les cool vespa lookalike ne sont pas autorisées” hum, en Chine fait comme les chinois, si eux peuvent le faire, moi aussi !

C’est pas trop dangereux ? pour ça , rien ne vaut la voix rassurante d’une collègue “rideuse” pour se décomplexer. Si t’es bien réveillée, pas de problème ! Mais garder le doigt sur le klaxon et les yeux ouverts à 360 degrés. OK !

Comment est-ce que je vais pouvoir recharger ? Là, il faut soit avoir un petit garage avec une prise ou habiter dans une résidence qui le propose… et qui a de la place à vous louer. La mienne n’en avait plus. Mais devant mon regard désemparé, le boss de mon wuye (management) m’a dit “mais t’inquiète pas, tu te gares près de la fenêtre de la guérite du gardien, t’amènes une rallonge et tu brancheras là. Je te le fais à 10 kuai par mois”. Ah j’adore le système D à la chinoise ! Et hop, encore un point de ma checklist résolu.

L’achat

Tout cela m’avais bien renforcée dans mon idée quand, ô surprise, je tombe par hasard nez-à-nez avec un petit revendeur, tout prêt de chez moi ! Je finis par prendre mon courage à 2 mains et vais m’y renseigner en ayant pris le soin de noter les 2 ou 3 mots de vocabulaire dont j’aurais besoin.

Je flashe immédiatement sur le gros modèle avec les longues poignées. “4000″ il me dit, c’est un Yamaha, de la bonne cam’. 30 km sans recharger, 30 à 50 km/h une prise sous le siège pour recharger sans tout démonter, garanti 1 an. J’essaie de bargainer un peu mais en vain, si ce n’est que j’obtiens les indispensables cadenas gratis : 2 petits et un gros, et le repose-pieds en alu.

“Et pour la plaque, ça se passe comment ?” Il me confirme qu’on peut faire la bonne vieille combine que tout le monde utilise ici : on fait immatriculer dans la province du Jiangsu. Il s’occupe de tout et ça coûte seulement 200 kuai. En 1 semaine c’est réglé. A Shanghai, les immatriculations coûtent les yeux de la tête (plus cher que les engins), elles se vendent même aux enchères ! J’aurais donc une plaque waidi 外地.

“Hum, et l’assurance ?”. Il me regarde limite en rigolant, genre “c’est quoi ce mot bizarre”. Pas besoin, ça existe pas de toute façon pour les 2 roues. Bon ok, en Chine comme les chinois.

C’est à peu près tout ce que je lui ai demandé (c’est mon 1er deux-roues après tout) avant la question la plus importante : et la couleur ?

J’en voulais un beau orange métallisé, et bien sûr il n’en avait plus en stock. “C’est possible mais va falloir attendre 3 semaines ma p’tite dame”. Et bien qu’à cela ne tienne, j’attendrai 3 semaines et j’aurai ma belle vespa “orangé-rouge” 橘红色.

Ma Vespa à Moi

Et au bout de 3 semaines, tadaaaaaaaa. La voici là voilà. Telle que je l’avais imaginée, reflétant parfaitement la lumière du soleil dans la lumière de l’été indien (j’ai l’air de romancer comme ça mais c’est vraiment l’effet que ça m’a fait), mon scooter de rêve enfin matérialisé. N’est-ce pas qu’il est classe : ]

Scooter Vespa Orange Métallisé

Vespa Scooter Orange Métallisé

J’obtiens un casque noir mat sympa qui va bien avec (200 yuan de mémoire, on veut du style ou on en veut pas) et j’achète une housse de protection (100 yuan je crois) car je n’ai pas de garage… et me voilà parée !

Alors quand on est débutant comme moi, les premiers kilomètres on fait pas trop le fier. J’avais un peu du mal avec l’équilibre dans les virages. Mais après quelques séances de pratique sur les routes tranquilles, c’est vite devenu naturel : )

Je vous cache pas non plus que quand je me suis ramenée dans ma résidence avec le petit bolide couleur de feu, j’ai fait sensation. Les gardiens ont fait les curieux et ont pris ensuite le scooter sous leur protection, Aujourd’hui, je ne suis d’ailleurs plus la seule à en avoir un de ce style, une voisine (chinoise) en a un rose !

Remarquez ça aurait pu être pire, j’aurai pu avoir un scooter léopard, c’est le dernier cri, jugez plutôt.

Scooter Leopard

Et alors, ça roule bien ?

J’ai acheté la Vespa il y a plus de 10 mois, et elle a tout simplement changé ma vie. Non seulement je ne dégouline plus au bureau, mais surtout c’est un vrai bonheur de rouler dans Shanghai sur un deux-roues comme celui-là. La musique sur les oreilles, les cheveux dans le vent (le casque n’est pas obligatoire, je le mets mais pas toujours…), à râler après les mauvais conducteurs, c’est le meilleur moment de ma journée.

En plus, à mon sens, les scooters sont vraiment les rois de la rue à Shanghai, car ils peuvent profiter à la fois des larges voies pour deux-roues comme des voies pour voitures (dans une certaine limite, la yan’an gaojia en scooter ça doit pas le faire), du coup pas de bouchons et à toute berzingue tout du long ! Je ne mets que 25 minutes pour aller de Changning Qu à Jing’An Qu contre 45 minutes en métro + marche à pied, et quand j’arrive, je suis pas toute vaseuse comme après 20 minutes de métro ou de taxi, mais j’ai une pêche d’enfer et les yeux grands ouverts. Le pied ! Rien de tel que la circulation Shanghaienne pour vous réveiller le matin, c’est mieux que le café Grand-Mère !

Hiver comme été, en toute saison je sors ma Vespa. La batterie dure un peu moins en hiver, beaucoup plus en été. L’hiver, il faut de bons gants (voire 2 paires) et de quoi se protéger les jambes du froid (moi j’ai trouvé une espèce de serviette chez Décathlon nickel), on apprécie tout particulièrement le casque rembourré à cette saison. Moins l’été, où on le remplace plus volontiers avec une bonne paire de lunettes de soleil, légère étole qui flotte au vent pour se protéger la gorge des courants d’air, ambiance “Roman Holiday” : ]

N’idéalisons pas trop non plus, j’ai aussi eu quelques soucis, surtout avec ma batterie. Très vite à l’aise avec mon engin, j’en ai voulu plus, sinon je devais recharger tous les 2 jours. Du coup j’ai acheté une batterie plus puissante, avec une autonomie de 60-80km pouvant aller jusqu’à 80 km/h (et oui sur Changning Lu, on arrive vite à 70km/h ;) ), il me la fallait en lithium pour pouvoir l’extraire du scooter et la recharger (sinon trop lourd, le scooter deviendrait trop lourd et difficile à diriger). Ca m’en a coûté autant que le prix du scooter initial et pas mal de soucis (1ere livraison endommagée, ensuite en plein dans Chinese New Year il a fallu attendre 2 mois, puis des trucs mal préparés) : dès qu’on commence à demander plus que le standard, il faut s’armer de patience et de persévérance…

C’est là que j’ai été contente d’avoir mon mécano à 5 minutes à pied de chez moi. Ils ont toujours été super : hyper réactifs, tous les dépannages gratuits. Je suis un peu leur super pote après les avoir vus si souvent, plus l’effet laowai qui parle chinois, y a rien de tel pour être un peu à part ;) J’ai à peu près tout eu : la panne de batterie à 4 km de chez moi “remorquée” poussée par un autre scooter, le pneu à plat, la panne de démarrage, le siège découpé d’un coup de couteau par un “gentil” voisin…  tout s’est réglé simplement et rapidement (sauf pendant le nouvel an chinois, quand rien de rien ne peut se régler du tout). J’aurais aimé ne pas avoir tous ces soucis, mais bon, avec la mécanique… et quand on est en Chine, il ne faut pas trop se leurrer.

L’essentiel, comme on dit ici, c’est la qualité du SAV. Maintenant le mécano me dit “I love you” quand je vais le voir :D et les gardiens s’enquièrent de la santé de mon scooter dès qu’ils me voient rentrer à pied : ça rapproche et ça crée des liens le scooter en Chine :)

J’ai aussi eu le grand privilège d’expérimenter “l’accrochage” en Chine. Une chinoise qui déboule devant une voiture à l’arrêt sans regarder et se jette littéralement sous mes roues, moi qui arrivait tranquille sur ma voie de vélo. J’ai juste eu le temps de ralentir et d’aller me prendre le trottoir plutôt que la cycliste en éraflant seulement mes nouvelles chaussures sur-mesure (j’te jure franchement !), et tout le monde fut épargné. Le plus déroutant de l’histoire : alors que je reprenais mes esprits, tous les chinois autour se sont bien sûr rapprocher de nous et ont pris à parti non pas moi, mais la chauffarde à vélo qui s’égosillait en vain pour se trouver des excuses. Je n’en revenais pas, car la légende veut plutôt que le tort suprême dans un accident de la route soit d’être étranger. Ça m’a touchée et peut-être plus tourneboulée que l’accrochage en lui-même, vraiment de quoi faire taire les mauvaises langues et c’est tant mieux !

Bref, même après tous ces petits bumps, aujourd’hui je ne regrette en rien mon achat. Mon scooter de rêve je l’adore. Il a même été la star d’un photo shooting pour ma boîte, héhé (au bureau, tout le monde connaît le scooter de Céline, bien sûr !).

Économiquement, c’est un bon investissement : même avec mon modèle upgradé, en 1 an et demi max je m’y retrouve, car je ne prends presque plus jamais le taxi.

Publicité Vespa Vintage

Mais surtout, traverser Shanghai en Vespa, c’est redécouvrir Shanghai en s’affranchissant un peu plus des distances, une vraie liberté retrouvée pour rendre la ville davantage à taille humaine. En un mot, une expérience que je recommande vivement !

PS : il paraît que la tendance arrive maintenant en France. Vraiment le scooter le plus diffusé dans le monde, même en Chine ; )

Tags: , ,

Sur le même sujet...

13 commentaires pour “Redécouvrir Shanghai sur mon Scooter de Rêve”

  1. Commentaire par Yohann :

    Salut Céline, je ne sais pas si c’est le bon endroit pour te poser une question, mais je me lance! Je suis actuellement à Shanghai pour un petit bout de temps et je voudrais savoir où tu as acheté ton scooter? il me semble que le SAV est très important ici, donc je ne veux pas l’acheter n’importe où!
    Merci d’avance pour ta réponse…

  2. Commentaire par Céline :

    Bonjour Yohann
    J’ai acheté mon scooter sur Honggu Lu 虹古路, au croisement de Shuicheng Lu 水城路, au nord du quartier de Gubei, dans le district de Changning. Au croisement, c’est à quelques dizaines de mètres vers l’est. La boutique est facile à repérer avec toujours un arc-en-ciel de scooters prêts à prendre acquéreur.
    Bonne chance pour le tien :)

  3. Commentaire par Jean-Baptiste :

    Bonjour Céline,

    Tout d’abord bravo pour ton site, il est plein de renseignements, je suis un étudiant de 21 ans et je suis arrivé à Shanghai mercredi, je vais effectuer un stage de 6 mois, j’ai eu beaucoup de mal avec les taxis qui ne comprennent souvent pas grand chose en Anglais.

    J’ai donc décider d’investir dans un scooter électrique, et le style vespa m’intéresse vraiment cependant j’ai quelques petites questions :

    1)J’ai lu qu’ils étaient illégaux a Shanghai, si un policier nous arrêtent que risque t’on ?
    2) Est ce que la boutique ou tu as acheté ton scooter les vendeurs parlaient Anglais car j’aimerais être sur qu’ils puissent me fournir la plaque et la facture.

    Merci pour tout

  4. Commentaire par Céline :

    Bonjour et bienvenue Jean-Baptiste,

    Pour répondre à tes questions :
    1)J’ai lu qu’ils étaient illégaux a Shanghai, si un policier nous arrêtent que risque t’on ?
    => J’ai lu cela aussi, mais en 1an et demi de conduite quotidienne, je n’ai jamais eu le moindre problème. Et ce n’est pas faute d’avoir croisé des policiers ici qui sont très souvent à faire des contrôles. J’ai même été “contrôlée” une fois, pour la routine, et je suis repartie sans qu’on m’ait rien dit.
    Donc je pense qu’il n’y a vraiment rien à craindre, du moins tant que tu ne cherches pas les embrouilles ;)
    2) Est ce que la boutique ou tu as acheté ton scooter les vendeurs parlaient Anglais car j’aimerais être sur qu’ils puissent me fournir la plaque et la facture.
    => Ils ne parlent que quelques mots d’anglais, mais je sais qu’ils ont plusieurs clients étrangers. Pour la plaque, il suffit de leur faire signe en montrant.
    Pour la facture, il suffit de dire “fapiao” et d’amener les détails qu’il te faut :)
    Bon courage !

  5. Commentaire par jean-baptiste :

    Bonjour Celine,

    J’ai acheter exactement le meme scooter que toi pour environ 3000 avec la facture , la plaque et le casque , c’est vraiment sympa de pouvoir se deplacer aussi librement. Bref je t’envoie ce message pour savoir si tu avais acheter des gants dans une boutique specialisee ou dans un supermarche type familymart car le matin mes doigts tombent literralement pour aller au bureau.

    Merci, ( desole pour l’ortographe mais j’ai beaucoup de mal avec le qwerty au bureau )

  6. Commentaire par Céline :

    Bonjour Jean-Baptiste !

    3000 Kuai c’est dans les prix aujourd’hui si tu as une batterie standard en effet. Si tu as mieux, alors c’est vraiment une bonne affaire ;) Pour les gants, j’ai des gants cuir/cachemire qui me protègent bien la plupart du temps. Ces derniers jours je fais du layering, mais un jour comme aujourd’hui je pense sérieusement à m’acheter les méga-gants qu’on voit accrochés aux poignets des motos et scooter, parce que j’ai aussi les bouts des doigts qui gèlent malgré mes gants multi-couches.

  7. Commentaire par Thomas :

    hey,
    i have a question, how much did you paid for your vespa? thx thomas

  8. Commentaire par chloee :

    Hello !
    Peux-tu me dire ou tu as acheter ce vespa a shanghai ? As-tu une adresse ?
    Merci !

  9. Commentaire par Céline :

    Hi Thomas

    With a standard batterie, the price of the vespa is about 3000 RMB. But I asked for a lithium batteries (lighter) and a more powerful one, and paid 3500 RMB extra for that (6500 RMB in total).

  10. Commentaire par Céline :

    Bonjour Chloee

    J’ai donné les détails de l’adresse un peu plus haut dans les commentaires ;) Bonne recherche !

  11. Commentaire par Jcc :

    Bonjour,
    Savez vous ou pouvons nous louer des scooters à la semaine à shanghai ?
    C’est étonnant je ne trouve aucun contact !
    Merci
    JC

  12. Commentaire par Augustin :

    Salut,

    J’aimerais savoir si tu as fait changer ton siège découpé et si oui où?

    Merci beaucoup,

    Augustin

  13. Commentaire par Lucie Ameye :

    Bravo Celine,
    j’habite en Belgique et j’ai derrière moi 45 ans de vespa, depuis 1956 j’en ai fait du chemin, des ballades, des rallyes, des gymkhanas des “régularités” parmi les vespas clubs en Europe,et j’ai pris un grand ^plaisir à vous lire. En vous lisant je retrouve les difficultés auxquelles j’ai du faire face en tant que femme voulant absolument cette petite machine magique dans les années 50. Existe-t-il des Vespas clubs en Chine ???
    Je serais heureuse de vous lire.
    Lucie

Laisser un commentaire