Shopping - Page 2 sur 3

Billets de train pour Pékin : galère n°3

26 janvier 2005

Suite et… toujours pas la fin de l’aventure “Billets de train pour Pékin” !
Après les joies des files d’attente de l’épisode 1,
Après le bonheur du ticket aller de l’épisode 2,
Découvrez aujourd’hui l’épisode 3, que je vais intituler :

Bout de gras à Minhang

En effet, pour ceux qui avaient lu l’épsiode 2, mon intuition s’est vérifiée !
Aujourd’hui je suis retournée au guichet pour prendre mes billets de train pour mon retour de Pékin à Shanghaï : on m’explique d’abord que c’est pas bon, puis qu’on va téléphoner pour se renseigner, où allait-on encore m’envoyer ?

Pendant le coup de téléphone, on me fait patienter dans un coin du coin qui sert à vendre les billets, et là que fais-je ?? mais bien sûr, je discute le bout de gras avec les surveillants : échange désormais habituel sur mes occupations à Shanghaï, sur mon niveau de chinois, mon âge et mes origines, une bonne occasion de pratiquer un peu la langue orale, même si désormais je connais les quelques répliques par coeur :]
Vous vous souvenez de mes gardiens préférés ?!

Bon en tout cas, une fois le coup de fil terminé, on me fait rentrer, ô privilège, dans le mini-bureau du mini-guichet, pour m’apprendre que je suis bonne pour revenir le 06 février, soit 3 jours seulement avant mon départ. Vous comprenez maintenant le titre qui s’attache à décrire le contenu principal de cette péripétie, et vous savez quand revenir pour en connaître la suite !

Acheter un billet de train… fin de la galèèère ?

22 janvier 2005

Suite logique à l’article d’hier, aujourd’hui je suis retournée au guichet pour mes billets de train…

Tout d’abord, j’étais contente d’y être allée une première fois hier, parce qu’aujourd’hui il pleuvait des trombes ! Aujourd’hui la file était donc très bariolée… des couleurs des parapluies :)

D’autant plus contente que comme annoncé, j’ai pu griller tout le monde et me présenter directement au guichet… ;)

… suspens … suspens… suspens …

Yes !! j’ai mes deux billets couchettes molles dans le train en partance de Shanghaï à destination de Beijing, départ de Shanghaï le 09 février à 19h28, arrivée le lendemain matin… et oui pas moins de 13h de trajet, youhou !!

Explication de texte :
En Chine pas de 1ère classe / 2ème classe, on raisonne de façon plus “pratique” :
- siège dur : à éviter, sauf pour l’expérience :)
- siège mou : plus confortable, l’idéal pour les voyages courts
- couchette dure : convenable à ce qu’il paraît, sûrement pour le retour
- couchette molle : le mieux, les plus chères aussi, idéale pour les voyages longs (info : Shanghaï - Guilin 30h de train… et toujours la Chine et encore pas la Chine occidentale)
Dernière distinction : en couchette, les billets sont plus chers si on dort en dessous, va savoir pourquoi ? le coût de la montée peut-être ?

Maintenant les billets pour le retour… quoi ? comment ça c’est pas possible ?! j’aurais dû m’en douter, et c’est logique au vu de ma déconvenue d’hier, je suis bonne pour revenir dans 5 jours, à ce train ( :] ) là, je vais finir par tailler le bout de gras avec les employés du guichet :)
Mais bon, on me laisse le privilège de la dispense de file d’attente, alors j’irai les revoir mes gardiens préférés !

Acheter un billet de train… galèèèèère

21 janvier 2005

Je m’apprête à passer une petite semaine de mes 5 semaines de vacances d’hiver à Pékin (Beijing) en compagnie de ma cousine Sandrine. Pour cela, Nouvel An Chinois oblige, il faut s’y préparer un peu à l’avance, et c’est pas toujours évident…

Et oui, le Nouvel An chinois, dont les festivités durent 15 jours à compter du 9 février pour cette année, est synonyme de retrouvailles en famille pour les chinois et cela implique comme pour chez nous de nombreux déplacements. Pensez déjà à la cohue pour les fêtes de fin d’année à Paris, alors je vous laisse imaginez ce que c’est rapporté à l’échelle de Shanghaï (13 millions d’habitants) et Pékin (12 millions d’habitants) entre autres villes tentaculaires…

Du coup pour espérer trouver une place à l’hôtel et dans les trains, je m’y suis prise quelques jours avant et c’est un peu la galère.

1) l’hôtel : N’étant jamais allée à Pékin et ayant peu de recul par rapport aux hôtels chinois en général je me suis fiée à Raymond qui m’a trouvée des adresses a priori de bon rapport qualité/prix (surtout prix…) pour que je puisse réserver. Alors je prends mon chinois à deux mains, j’appelle et arrive à faire comprendre à la réceptionniste que je souhaite venir du 10 au 15 février, que nous serons 2, mais quand elle se met à m’expliquer les détails de réservation, là ça devient tendu… Please Raymond, vol à mon secours… Bon Raymond est venu sur son email volant, il a pu réservé pour moi, 1 chose de faite.

2) les billets de train, le meilleur… : J’ai entendu de tout sur les modes de réservation.

  • D’abord on peut les réserver dans les gares de Shanghaï, chouette celle du sud est pas trop loin : oui mais non, elle est fermée pour travaux… bon bah tant pis celle du nord : re-non, dans les gares on ne peut acheter son billet que une semaine avant en général, 10 à 12 jours en période de vacances…donc non. Alors quoi j’attends ? non bien sûr !
  • 2ème possibilité : se les faire livrer, pour ça appeler un certain M. Yu dont Raymond m’a donné le contact, on peut même se les faire livrer à domicile moyennant un léger supplément, mouais les coups de fil en chinois pour ce genre de choses, j’ai donné, je préfère la 3ème solution.
  • 3ème solution : se rendre à l’un des nombreux guichets de Shanghaï qui proposent des billets en avance. En fait je savais qu’il y en avait un près de chez moi, mais les infos que j’avais jusque là étaient trop imprécises pour que je trouve ledit guichet de Minhang. Encore une fois super Raymond a frappé, un peu malgré lui mais merci. Et oui je dispose de la liste de tous les guichets de Shanghaï (Train Tickets Venues in Shanghai) et moyennant un bon outil de reconnaissance de caractères (mes noeils) j’ai pu identifié l’adresse précise du guichet de Minhang, victoire !!! que je croyais….

Ce midi toute contente avec mon adresse, je file à vélo au fameux guichet… surprise, l’intro que je vous faisais prend alors tout son sens… une queue sans fin, ah si je l’ai trouvée qui mène à un minuscule bureau de 2 guichets…

Il me faut ces billets, alors je prends mon mal en patience, et quelle patience ! plus d’une heure et demie d’attente dans le froid, youpee ! remarquez, j’ai vu des trucs intéressants pendant tout ce temps…

Je peux enfin rentrer, victoire ? et bien non, j’explique mon cas et là on me dit qu’aujourd’hui “bu xing” c’est pas bon quoi, il faudra que je revienne demain, et avant de me “pousser gentiment vers la sortie” (…) on me rassure : je n’aurai pas à faire la queue demain matin (et pas besoin de justificatif pour ça, on me reconnaîtra facilement), bah c’est toujours ça de pris…

Shopping français à Shanghai

18 janvier 2005

On ne s’y attend pas forcément quand on débarque fraichement de sa petite France, mais oui, à Shanghai on peut retrouver de grandes enseignes de distribution françaises.

J’avais ouï dire que Carrefour “Tsialefou” était implanté en Chine, mais j’ai pu le constater de mes propres yeux : tout près de la station de métro Lianhua (ligne 1) se situe le Carrefour le plus proche de chez moi (district de Minhang), mais il y en a un autre dans la zone nouvelle de Pudong (équivalent de la Défense à Paris) où se trouve l’aéroport international, et le plus important de tous (à ce qu’on m’en a dit) à Gubei, dans la zone de l’aéroport national de Hongqiao, réputée pour être très fréquentée par les étrangers.

Achetés à Tsialefou :
- 1 sapin de Noël, faux certes mais que c’est vachement bien avec toutes les déco qu’il faut
- 1 pot de Nutella, bonnnheuuuur
- huile d’olive et vinaigre balsamique, pour salades savoureuses
- …

Encore plus proche de chez moi que “Tsialefou” : “O’ouchan”, mais oui vous l’avez bien reconnu ! C’est Auchan :) 5 min en vélo, et m’y voilà rendue, incroyable mais vrai, un Auchan à Minhang, je l’aurai souhaité que je l’aurai pas trouvé… Autant vous dire qu’on ne s’attendait pas à trouver une telle enseigne à Minhang, district en développement certes, mais encore peu fréquenté par les étrangers tant il est éloigné du centre ville de Shanghaï.

Achetés à O’ouchan :
- Pates italiennes, enfin un truc qui colle pas
- Sauce bolognaise Buitoni, et pas du concentré de tomate sucrée
- huile d’olive (bis)
- …

Et aujourd’hui j’ai eu mieux : un Décathlon, à 4 stations de métro ! le bonheur !
Marieke m’avait fait part de sa trouvaille hier alors qu’elle cherchait de l’équipement de rando, m’expliquant qu’ils vendaient des tailles “européennes”, alors aujourd’hui ni une ni deux, je suis allée jeter un coup d’oeil.
Et oui car, pour ceux qui ont suivi mes péripéties vestimentaires, je suis toujours en mode “recherche active de pantalon à ma taille dans un style pas trop dégueu”… Celui que je m’étais fait faire s’est avéré trop grand, je leur avait pourtant demandé de me faire exactement le même que mon précédent c’est pas compliqué non !
Bref aujourd’hui je jubilais d’avoir enfin pu trouver mon bonheur : vive les pantalons sportswear Quechua à prix imbattable (et oui Décathlon = made in China :] ) et tout ce qu’il faut pour se protéger du froid par les temps qui courent à Shanghai !

En plus la caissière me félicite pour mes 3 mots de chinois, et apprenant que je suis française, me répond à son tour en français : pantalon à ma taille pas trop cher + compliments et sympatisation sino-francophone, rien de tel pour fidéliser une cliente :)

Plantes à domicile

7 janvier 2005

Noël est passé, le sapin est rangé. Il a bien fallu le remplacer, alors peu après Noël avec Marieke nous avons expérimenté l’achat de plantes à Shanghai.


Et oui, par chez nous ni Truffault ni Jardiland :)
Il faut avoir ses adresses pour trouver où acheter des plantes. Une fois de plus le réseau d’expats à encore frappé !

Il nous a suffit de traverser l’université du sud vers le nord (15 minutes au bas mot en vélo :] ), et nous étions arrivées à la grande tente qui abritait bonzaïs et autres plantes en tous genres et qui faisait accessoirement office de logement au propriétaire des lieux. A l’extérieur des pots de tailles variées, éparpillés au hasard visiblement, cassés pour certains.

Nous y avons trouvé notre bonheur pour remplacer notre sapin… et pour agrémenter nos chambres également :]

Le temps de choisir les pots, d’y mettre les plantes, l’affaire était réglée, efficacement comme toujours ici quand il s’agit de faire des affaires.

En plus le service comporte la livraison à domicile franco de port, pourvu qu’on conduise le livreur chez soi. Et bien on s’est pas faites priées, tous trois nous avons pédalé gaiement à travers l’université sous les regards parfois étonnés des autres étudiants, et nous avons été récompensées par notre livreur qui a aimablement monter la plus lourde de nos plantes jusqu’à notre appartement du 3ème étage sans ascenseur.

Voilà ce que ça donne dans notre salon, et dans ma chambre.

Maintenant il ne reste plus qu’à vérifier si nous avons la main verte oupa :)