Voyage vers l’Ouest (8) La Vallée des Fantômes

17 mars 2012

Dernière étape de cette journée marathon autour de Hami, après les montagnes Tianshan et les dunes rugissantes, me voici en direction de Moguicheng 魔鬼城, qu’on peut traduire par “la vallée des fantômes”.

À environ 1h30 de route à l’ouest de Hami, ce désert de pierres m’a été chaudement recommandé par mon désormais fidèle et intrépide chauffeur de taxi-guide touristique.


Afficher Journey to the West, Xinjiang 2011 sur une carte plus grande.

Nous sommes donc en route vers ce site mystérieux, moi en train de penser anxieusement à ce qui va advenir de mon objectif, précieux allié de mon voyage. En attendant, filant dans mon bolide jaune et vert, je rêve aux paysages qui m’attendent là-bas. L’après-midi est déjà bien avancé : coucher de soleil sur désert en perspective !

Mais en premier lieu, aux abords du site, nous devons faire un stop à un poste de contrôle rudimentaire gardé par 4 militaires. Mon chauffeur et moi devons montrer nos papiers, dont les informations sont dûment consignées dans leur journal.

Puis nous arrivons à Moguicheng. Une fois de plus, il n’y a pas foule. Passage obligé par le “musée” (un bien grand mot) qui décrit le site. Mais nous nous mettons vite en route. Attention aux amateurs : prévoir les réserves d’eau et nourriture, car, fait assez rare pour être noté pour un site touristique en Chine, il n’y a rien à vendre au touriste en mal de provisions.

Nous passons l’entrée en voiture. Et oui, la visite doit se faire en voiture, car c’est bien un vrai désert, grand et implacable tout ça tout ça. Pas une petite dunette au milieu de la verdure ; )
 

Séchage de dates

Le premier stop que nous ferons ne sera pas pour admirer le paysage, mais pour découvrir des dates 枣子 (zaozi) en train de sécher au soleil. Le désert est en effet un endroit idéal : très sec et dégagé pour laisser le vent et le soleil faire leur effet sur les fruits encore verts qui vont tourner brun-rouge. Le cultivateur est fier de nous expliquer tout ça et prend la pose pour mon objectif d’emprunt.

Mogui Cheng - Cultivateur et fruits séchés
Pin It Mogui Cheng - Cultivateur et fruits séchés
Mogui Cheng - Cultivateur
Pin It Mogui Cheng - Cultivateur
Mogui Cheng - Levée de bache noire
Pin It Mogui Cheng - Levée de bache noire

 

Mystérieuses formes

Un peu plus loin, nous nous arrêtons à ce qui a probablement valu son nom à ce désert. Une sorte de champ de statues de pierre, qu’on pense formées naturellement mais dont la ressemblance avec des animaux ou autres esprits étranges laisse l’imagination divaguer à d’autres explications plus ésotériques.
Intriguant tout même ces formes d’oiseaux, de tortues…, vous ne trouvez pas ?

Mogui Cheng - La vallée des fantôme
Pin It Mogui Cheng - La vallée des fantôme
Mogui Cheng - Drôle d'oiseau
Pin It Mogui Cheng - Drôle d’oiseau
Mogui Cheng - Une tortue ?
Pin It Mogui Cheng - Une tortue ?
Mogui Cheng - Forme bizarre
Pin It Mogui Cheng - Forme bizarre

 

La route au milieu du désert

Il faut se remettre en route. Le soleil tape et le vent est fort. A part la route au milieu du sable, il n’y a rien, si ce n’est au loin la vallée rocheuse qui se découpe sur le ciel parfaitement bleu.

Mogui Cheng - Route vers vallée rocheuse
Pin It Mogui Cheng - Route vers vallée rocheuse
Mogui Cheng - Route vers l'inconnu
Pin It Mogui Cheng - Route vers l’inconnu
Mogui Cheng - Taxi au milieu de nulle part
Pin It Mogui Cheng - Taxi au milieu de nulle part

 

La vallée rocheuse

Au prochain stop, ce sont des formations beaucoup plus imposantes qui se dressent devant nous et au loin. Certaines d’entre elles nous donnent l’impression d’un ancien palais taillé dans la roche. Ici une porte ? Là une enceinte où le vent a strié la roche et laisser le sable s’accumuler en courbes voluptueuses, et dont les parois réverbèrent la voix : l’écho au milieu de nulle part.

Mogui Cheng - Comme un palais dans la roche
Pin It Mogui Cheng - Comme un palais dans la roche
Mogui Cheng - Ville taillée dans la roche?
Pin It Mogui Cheng - Ville taillée dans la roche?
Mogui Cheng - Détail formes roche
Pin It Mogui Cheng - Détail formes roche
Mogui Cheng - Bloc de roche sculpté
Pin It Mogui Cheng - Bloc de roche sculpté
Mogui Cheng - Ruines habitations
Pin It Mogui Cheng - Ruines habitations
Mogui Cheng - Vue du haut dune
Pin It Mogui Cheng - Vue du haut dune
Mogui Cheng - Courbes haromieuses roche et sable
Pin It Mogui Cheng - Courbes haromieuses roche et sable

 

Le coup de la panne

J’en ai déjà pris plein les yeux avec tout ça, et nous songeons à rentrer, la fatigue commençant à se faire sentir. Mais nous repérons un autre site un peu plus loin. Il est déconseillé d’y aller en voiture à cause du sable, donc je propose d’y aller à pied. Mais ayant senti un début de lassitude plus tôt, mon chauffeur insiste pour y aller en voiture.
J’obtempère, et quelques instants plus tard… je le regrette amèrement !

Nous sommes à des kilomètres de l’entrée du site, sur une voie où nous sommes seuls et sans réseau mobile pour appeler qui que ce soit, et voilà notre taxi ensablé et le jour qui commence à décliner !

Mogui Cheng - Taxi ensablé !
Pin It Mogui Cheng - Taxi ensablé !

Nous essayons tout ce que nous pouvons, mais rien à y faire. Nous sommes bien coincés, sans beaucoup de réserves d’eau qui plus est. Après une demi-heure de tentatives infructueuses, l’anxiété me gagne franchement sous mon calme apparent…

Mon chauffeur en était encore à s’acharner sur ses pneus embourbés quand j’aperçois au loin 2 personnes qui revenaient d’encore plus loin à pied. Je leur fais signe, ils approchent. Il s’agit d’un couple avec leur chien. L’homme comprend vite qu’il faut décider mon chauffeur à cesser de s’acharner pour aller chercher de l’aide tant qu’il reste 2 ou 3 âmes sur le site.
Lui et mon chauffeur se mettent enfin en route, la femme elle est partie s’assoir un peu plus loin, et moi je suis restée plantée près du taxi, à l’ombre d’une paroi de pierre qui projetait suffisamment d’ombre.

Longue attente. Très longue attente.

Je finis par aller rejoindre la femme. Instinct de survie oblige : si on ne parvient pas à débloquer la voiture ce soir, il faut absolument que quelqu’un me ramène à Hami. Jouons la tactique sympatisation !

Finalement quelques longs instants plus tard, un 4×4 émerge. Premier soulagement. Je reste à discuter avec la femme et son chien, en observant anxieusement l’opération de remorquage qui s’opère.
Le 4×4 réussit ENFIN à extraire le taxi du sable, HOURRAH !

Mogui Cheng - Dépannage in extremis au milieu de nulle part
Pin It Mogui Cheng - Dépannage in extremis au milieu de nulle part

L’anxiété évaporée, me revoilà d’humeur à reprendre quelques clichés avant de repartir au plus vite vers la civilisation avec de l’eau, du réseau mobile et des routes goudronnées !
Au moins la mésaventure m’aura permis de voir le désert prendre sa robe de crépuscule

Mogui Cheng - Arbres fantôme
Pin It Mogui Cheng - Arbres fantôme
Mogui Cheng - Soleil couchant sur la roche
Pin It Mogui Cheng - Soleil couchant sur la roche

 

Vite vite, repartons vers Hami !

Sur la route du retour, repassage par le poste de contrôle. Cette fois les 4 militaires ont envie de prendre la pose pour la petite française.

Hami - Militaire du point de contrôle
Pin It Hami - Militaire du point de contrôle

Puis Moguicheng est derrière nous, et disparaît dans le soleil couchant qui laisse très vite la place à une lune ronde et blanche. Je sais, ça sonne super cliché, mais j’ai vraiment eu cette impression, comme l’aventurier solitaire revenu des confins du monde, laissant les mésaventures derrière lui et en route vers d’autres horizons…

Hami - Couché de soleil sur le désert
Pin It Hami - Couché de soleil sur le désert
Hami - Pleine lune sur paysage désert
Pin It Hami - Pleine lune sur paysage désert

 

De retour à Hami, j’achète mon billet de car pour Turpan le lendemain matin, et nous filons retrouver mon sauveur-photographe qui m’aura réparé mon objectif. Ouf !

Puis mon chauffeur, gêné par l’incident, m’invite à dîner dans un restaurant de la ville. On pourra dire que ces péripéties auront créé des liens : dans les jours qui suivirent jusqu’à mon départ du Xinjiang, je recevrai des texto de sa part pour s’assurer que tout allait bien pour moi.

Heureusement pour moi, oui ! Hami fut le plus intense, Turpan sera le plus charmant…
 

Tags: , , ,

Sur le même sujet...

3 commentaires pour “Voyage vers l’Ouest (8) La Vallée des Fantômes”

  1. Commentaire par Armandtchou :

    Chouette article, avec une part d’aventure. C’est aussi ce qui fait le charme des voyages, quand tout se termine bien :)
    Les photos et les textes donnent terriblement envie d’aller voir ces endroits. Quant au palais, on dirait vraiment qu’il y avait une construction: qui habitait là?
    Merci.

  2. Commentaire par mayiré :

    bonjour, je suis étudiante ouïghour à Paris, xinjiang c’est ma région natale. je suis très contente de votre travail :)

  3. Commentaire par Dit en passant :

    Il y a deux T à datte (en français).

Laisser un commentaire