La Cité Interdite

10 février 2005

Suite logique dans notre première journée marathon à Pékin, après la Place Tian'anmen, la Cité Interdite !

La Cité Interdite était le lieu de résidence des empereurs chinois (ainsi que de ses concubines et enfants, et des impératrices douairières), on y traitait les affaires de la Cour, célébrait les grandes cérémonies : elle constitutait ainsi le centre du pouvoir politique, et même le centre du monde d’après la philosophie chinoise…
Avant de vous en montrer davantage, quelques chiffres histoire de planter le décor.

La Cité Interdite, c’est :

  • 14 années de construction, de 1407 à 1420
  • 200 000 ouvriers
  • 960 m de longueur
  • 750 m de largeur
  • 12 millions de briques pour le pavage
  • 9 000 salles
  • jusqu’à 20 000 eunuques (le personnel) du temps des Ming

Voici donc où je vous avais laissé depuis la Place Tian’anmen. Il s’agit de l’entrée sud de la Cité Interdite, clairement identifiable grâce au portrait de Mao qu’on repère aisément de loin…

On distingue ici les 5 entrées qui mènent vers la cité mais je ne saurais pas vous dire ce qu’il y a derrière car, avec Sandrine, nous sommes passées par une sorte de parc à droite de cette entrée, “le parc de la culture du peuple” ou quelque chose du genre…

Toujours est-il que, que l’on emprunte cette entrée (très très fréquentée…) ou les chemins de traverse par le parc à côté, on finit par se retrouver à la véritable entrée de la Cité Interdite, qui se trouve être la Porte du Midi, Wumen.

Là, il faut savoir s’y retrouver parmi les différentes files d’attente :

  • La première à emprunter, c’est celle pour acheter son ticket, compter 40 yuans par personne.
  • Puis deuxième file d’attente, l’audio-guide : avec Sandrine, on se dit qu’il y a sûrement des tas de choses intéressantes à savoir sur les lieux, alors nous versons les 40 yuans de location (auxquels s’ajoutent une caution). A noter qu’en bonnes touristes, nous nous sommes d’abord adressées au guichet d’audio-guide, mais qu’il était en fait plus rapide de s’adresser directement aux gens près de la grande table en bois décrépite où on vous colle directement l’audio-guide sur les oreilles avec la gentille dame de la boiboite qui commence déjà à papoter alors que vous êtes gentiment poussé vers la troisième file d’attente…
  • … celle qui permet finalement de rentrer, une fois, bien sûr, qu’on aura pris le soin de déchirer la partie droite de votre ticket.

Enfin ça y est, nous y sommes. Il doit être environ 10h et on ne peut que constater qu’il y a du monde. Nous allons donc devoir affronter des foules de chinois et autres touristes venus du monde entier pour approcher les différents palais que nous allons découvrir.

 

 

Passée la porte de l’Harmonie Suprême, nous voici donc devant le palais du même nom. On se rend déjà compte de l’immensité et de la rigoureuse symétrie des lieux.

Avec le Palais de l’Harmonie Suprême (Taihe dian), nous découvrons les éléments qui seront caractéristiques et récurrents pour les palais de la Cité Interdite. Partout ces même murs rouges, ces mêmes toits aux tuiles jaunes, cette inscription dorée sur fond blond indiquant le nom du palais, et cette foule de touristes qui s’agglutine aux entrées du palais pour tenter d’apercevoir, voire de prendre en photo pour les plus téméraires, l’intérieur des palais dans lesquels il est impossible de pénétrer.

 

Illustration de la cohue aux abords des palais…

Ici, il me semble que c’était le pire, devant le Palais de la Tranquillité Terrestre, où l’on trouve la chambre à coucher de l’impératrice sous les Ming, qui sera par la suite la chambre nuptiale des empereurs.

Nous avons alors renoncé à nous approcher. Par contre, en contournant le palais par la droite, nous avons suivi la coutume qui recommande de toucher (à pleines mains attention :] ) la statue de bronze (?) qui visiblement doit porter chance à en croire par le nombre de chinois qui caressaient la statue.

Mais il suffit de se laisser porter par le mouvement des visiteurs et la musique traditionnelle qu’on peut entendre par endroits pour toucher du doigt l’âme de la Cité Interdite. Non non, ce n’est pas un CD que vous entendez, mais bien ce vieux joueur de violon chinois qui joue dans son coin.

Si les portes qui séparent les cours et palais sont malheureusement souvent envahies par “les marchands du temple” (qui vous proposent par exemple de poser en tenue d’apparat…), nous nous sommes laissées séduire par les enfilades d’enceintes rouges, et les petites cours desquelles on aperçoit les toits jaunes d’or qui se découpent dans le ciel bleu de Pékin.

 

De très belles perspectives sur les toits des temples…

 

… mais aussi des œuvres colossales, dont la fameuse dalle Ming en marbre sculptée de neuf dragons avec une perle dans la bouche, ondoyants entre nuages, vagues et précipices.

Ne serait-ce que pour l’anecdote, pour déplacer les 17 m et 25 tonnes de cette sculpture qui attirent aujourd’hui de nombreux regards, il fallut 28 jours et une astuce ingénieuse : la dalle fut transportée sur une piste de glace, jalonnée de centaines de puits creusés pour arroser la piste et la rendre glissante avec le gel, malin ;]

Sans oublier les jardins impériaux, là où nous avons fait notre pause casse-croûte, ou plutôt nouilles instantanées ;]

L’occasion de découvrir de drôles de pavillons trônant au-dessus de pierres aux formes étranges…

Encore un détour par les salles qui abritent divers objets de la vie de l’empereur Puyi, empereur chinois du 20ème siècle très ouvert à la culture occidentale, ce seront les seules salles dans lesquelles nous aurons pu pénétrer.

Et nous franchissons la sortie nord de la Cité Interdite, dont nous comprenons clairement maintenant l’autre appellation de Cité Pourpre. Mais la visite n’en est pas pour autant finie…

Pour clore la visite de la Cité Interdite en beauté, je vous recommande (quand le ciel est dégagé) de traverser la rue et de prendre votre ticket pour le Parc Jingshan, la Colline de Charbon, juste en face. Le parc présente peu d’intérêt en lui-même, sauf pour les courageux qui monteront tout en haut et pourront admirer une dernière fois la Cité Interdite, version panoramique…

Tags: , ,

Sur le même sujet...

5 commentaires pour “La Cité Interdite”

  1. Commentaire par Marmotte :

    Quelle chance de visiter un tel lieu… :-o

  2. Commentaire par moe :

    jdoi fer 1 exposé sur la cité interdite donk si tu ve maider tu pe menvoyé tt ce ke tu c a mon adresse. merci

  3. Commentaire par steph :

    Merci beaucoup pour ce compte rendu de visite qui m’a permis d’étayer un texte que j’avais à rédiger sur le sujet. Les images sont vraiment séduisantes et donnent envie de s’y rendre…
    Steph

  4. Commentaire par jeanne :

    bonjour!
    je suis une étudiante chinoise qui fais mes études de francais, j’aime bien ton blog!!!du courage!!!!
    mnt tu es a pékin ou en france?

  5. Commentaire par Dr Ouais Cool :

    Merci pour ce magnifique compte rendu qui nous a permis de nous évader.

Laisser un commentaire