Nankin express (3) Zhonghua Men

16 octobre 2005

Après la visite du Mémorial du Massacre de Nankin, poursuite de ma journée à Nankin avec la Porte Zhonghua, Zhonghua Men, histoire de remonter près de 600 ans en arrière, au temps de la Chine des dynasties, et notamment pour Nankin, au temps de la dynastie Ming.

Justement, profitons-en pour en savoir plus sur l’histoire de Nankin.

Drapeau portant le nom de la dynastie "Ming"

Drapeau portant le nom de la dynastie "Ming"

Aujourd’hui considérée comme l’une des plus belles villes du pays avec ses 5 300 000 habitants, au cours de sa longue histoire elle fut plusieurs fois capitale.

En fait la région de Nankin est habitée depuis plus de 5000 ans. Mais dès le 5e siècle avant J.-C. elle fut l’enjeu stratégique de conflits nombreux à l’époque des Royaumes combattants, et finit par trouver la stabilité avec l’avènement de la victorieuse dynastie Qin (3e siècle av J.-C.) Mais le 6e siècle verra son déclin après calamités et révoltes paysannes. Alors que Xi’an devient la capitale de l’empire, Nankin est rasée et voit son héritage historique réduit à néant.

Jusqu’en 1356, quand une révolte paysanne menée par Zhu Yuanzhang renversa la dynastie mongole Yuan, s’emparant alors de Nankin, puis de Pékin 12 ans plus tard. Zhu Yuanzhang, alias Hongwu, s’instaure alors premier empereur de la dynastie Ming, et sa capitale sera Nankin, qu’il dotera immédiatement d’un gigantesque palais et d’énormes remparts.
La gloire de Nankin durera jusqu’en 1420, quand le troisième empereur Ming, Yongle, transfère la capitale à Beijing

Il faudra alors attendre les 19ème et 20ème siècles pour voir à nouveau Nankin occuper une place importante dans l’histoire de la Chine. Lieu de la signature des “traités inégaux” en 1842 à l’issue des guerres de l’Opium qui verra Hong Kong officiellement cédée aux Britanniques, théâtre de la rébellion des Taiping et de leur massacre par les Qing après avoir été leur capitale, puis, au 20ème siècle, capitale de la République de Chine, assiégée et massacrée par les Japonais en 1937, capitale du Guomindang de 1928 à 1937 et de 1945 à 1949, elle fut enfin “libérée” par les communistes qui prirent le pouvoir dans tout le pays.

Pfffiou ! Un destin plutôt houleux pour cette ville qui aura connu de nombreux bouleversements. Heureusement, elle a su préserver la patrimoine de son âge d’or sous les Ming.

Entrée Nord de la Porte Zhonghua

Ce patrimoine, pour sa part la plus impressionnante, se retrouve dans les remparts de la Cité Ming, qui sont tout simplement les plus longs jamais construits au monde : 33 km, dont les deux tiers sont encore debout.
Et, jalonnant ces remparts, on trouve pas moins de 13 portes encore subsistantes, dont les plus importantes sont la Porte du Centre (Zhongyang Men) au nord de la ville, et la Porte Zhonghua (Zhonghua Men) située, elle, tout au sud. C’est elle que je suis allée visiter. (attention d’ailleurs, entrée payante, 15 yuans, 10 yuans pour les étudiants)

Maquette de la porte Zhonghua

Maquette de la porte Zhonghua telle qu'elle devait être sous Hongwu

De toutes les portes de la Cité Ming qui constituent déjà de véritables forteresses, la porte Zhonghua est la plus grande.
Elle comporte 4 rangées de portes, ce qui la rend quasiment imprenable.

Alors qu’autrefois elle pouvait abriter une garnison de 3000 soldats dans les salles fortes de la première porte, aujourd’hui ce sont les boutiques de souvenirs qui occupent ces salles.
Près de l’entrée se situe un petit musée de l’histoire des remparts.

Après avoir passé les premières portes et les jardins de bonsaï hébergés entre elles, il est possible de monter à l’étage ;)

On côtoie alors ces vieilles pierres qui ont traversé les siècles, chose finalement assez exceptionnelle en Chine quand on sait avec quel systématisme les Chinois ont éliminé les traces de leur culture et de leur passé à différentes périodes de leur histoire.

Ici en montant sur l’escalier de pierre, j’ai trouvé une de celles comportant les inscriptions de sa provenance, le nom et le rang du contremaître de la fabrique, le nom de celui qui l’avait façonnée et peut-être même la date de fabrication. Il fallait bien s’assurer que la brique était correctement faite, car si elle cassait, elle devait être remplacée.

Et oui, ils avaient déjà la culture de la réparation pour défaut de fabrication…

Arrivé au premier étage, on peut alors se rendre sur chacune des 3 différentes portes à l’avant du site.
En fait, ça ne doit pas être beaucoup pratiqué, vu les herbes folles qui couraient entre les pierres formant le sol… Mais une fois qu’on a pu s’avancer jusque sur la première la plus à l’avant, on peut se retourner pour observer la quatrième porte la plus haute qui surplombe les autres, et ses 7 galeries que j’ai au passage trouvées bien pratiques pour m’abriter de la pluie qui s’était mise à sévir sur Nankin.

Puis armée d’un bon parapluie, je suis montée sur cette 4ème porte.

Pour cela, il faut passer par le Ma Dao 马道. Il s’agit d’un grand escalier avec de part et d’autre un grand passage sans marche, parfaitement lisse de haut en bas, et suffisamment large pour y faire monter un cheval.

Utilité de l’installation : permettre un acheminement plus rapide vers les hauteurs de la ville grâce à un transport à cheval de bout en bout !

Aujourd’hui les 2 Ma Dao qui encadrent la porte du sommet de la plus haute porte, la 4ème, jusqu’en bas, sont chacun gardés par une rangée impressionnante de soldats Ming, en toc.

Zhonghua Men - Cabine à cerf-volantUne fois sur le toit de la 4ème porte, c’est une grande place nue qui s’ouvre à nos yeux.

L’idéal pour faire du cerf-volant ! D’ailleurs il y a une petite baraque où quelques messieurs sont en train de s’affairer pour en réparer un.

Peu importe le ciel gris, l’endroit complètement découvert accueille plusieurs amateurs, les Chinois adorent faire du cerf-volant partout où ils le peuvent, même et peut-être surtout sur leurs sites historiques…

Enfin autre attrait du sommet de cette porte : d’ici on peut avoir une vue sur la ville.
Au loin le Mont Pourpre semble plutôt gris, au premier plan quelques maisons basses, mais un peu plus loin aussi les tours de la ville moderne.

 

Mais déjà il est temps pour moi de redescendre. Prochaine étape : le quartier de Fuzi Miao avec son temple confucéen. Et il pleut toujours…

Toutes les photos de Nankin

Tous mes voyages en Chine

Tags: , ,

Sur le même sujet...

2 commentaires pour “Nankin express (3) Zhonghua Men”

  1. Commentaire par correcteur :

    C’est elle que je suis allée visitée. -> visiter
    les Chinois ont éliminer -> éliminé

  2. Commentaire par Céline :

    Encore une victoire du correcteur masqué, merci !

Laisser un commentaire