Guizhou - Guangxi (8) et puis Matang

22 janvier 2006

Depuis Chong'an 重安, il nous faudra environ 30 minutes pour rejoindre Matang 麻塘. Mais pas une demi-heure de route peinarde à roupiller à l’arrière du mini-bus du restaurateur, plutôt une demi-heure de 4×4 mini-bus à sursauter à chaque relief de la route, à la fin de laquelle nous étions soulagées de voir que notre chauffeur connaissait son affaire.

En effet, il fallait savoir que ces petites routes tortueuses et accidentées étaient les seules qui pouvaient nous mener à Matang. On ne peut pas dire que ce soient les panneaux de signalisation qui gâchent le paysage… A un moment, on finit par tourner à gauche. On pense qu’on va tomber s’engouffrer dans une sorte de forêt, mais non, derrière la muraille d’arbres touffus, se cache en fait un chemin de terre qui descend pour uniquement desservir Matang, notre destination.

A mesure que nous approchons, nous voyons en effet le petit village se dessiner. Il semble comme caché, préservé de la civilisation par les arbres qui masquent la “route”. Mais nous allons découvrir que la civilisation a su trouver d’autres voies pour s’infiltrer à Matang.

Tout d’abord, certains vont dire que je fais une fixette, mais bon, quand même avouer que ça vous surprendait aussi : quelle est la première chose que nous avons vu en descendant du mini-bus ? Un terrain de basket !

Franchement, quand vous vous dites, “là je vais voir un tout petit village des minorités paumé dans un coin de la Chine”, vous pensez tomber sur ça en arrivant ?! A croire qu’ici le basket c’est plus qu’un sport, c’est une culture : ]

Le temps de faire un peu plus connaissance avec notre jeune guide, nous laissons les villageois basketteurs pour aller plus avant dans le village. Nous n’avons pas le temps de nous demander ce que nous pouvions regarder, qu’un petit groupe de femmes nous tombent dessus. Elles veulent nous amener chez l’une d’elles pour nous montrer leur artisanat personnel.

Curieuses de découvrir les habitations de l’intérieur et de savoir ce qu’elles voulaient nous montrer précisément, nous nous laissons guider par l’hôtesse de la maison qui nous accueille. Entre-temps les autres se sont dispersées. Sûrement parties chercher leurs produits…

Maison traditionnelles à Matang

…et rameuter toutes les villageoises ! Bientôt nous nous retrouvons assaillies par une petite dizaines de femmes, toutes revêtues de leurs vêtements locaux. Sans dire qu’il s’agit de parures traditionnelles car il s’agissait de vêtements du quotidien, mais assurément différents de ce qu’on voit “à la ville”. Chacune porte une coiffe, un habit noir, rehaussé d’un foulard coloré. Elles portent souvent des bijoux comme des boucles d’oreilles.

Etoffe brodée de MatangEt surtout elles ont chacune pris soin de prendre leur panier garni de tout ce qu’elles nous proposent d’acheter !

Bijoux en métal gris (de l’argent ?) mais surtout napperons, vêtements pour bébés, parures traditionnelles. Les tissages sont toujours très colorés et travaillés.

Nous ne sommes pas venues faire du shopping mais nous souhaitons nous ramener de petits souvenirs. Aussi nous repartons chacune avec une étoffe de Matang, après âpres négociations bien sûr ! 2 occidentales, c’est une aubaines pour ces femmes du village, mais je ne vais redécorer mon intérieur à la mode de Matang non plus : ]


Une villageoise qui veut nous vendre quelque choseNous finissons par nous extirper du piège commercial pour poursuivre notre route.

Naturellement nous ne pouvons pas passer inaperçues. Donc d’autres villageoises (d’ailleurs nous n’avons vu que des femmes et des enfants, les hommes sont sûrement aux champs) sont venues à notre rencontre, pour nous proposer d’autres denrées que nous n’avons pas toujours su identifier.

Même notre guide chinois de fortune n’a pas compris ce que la femme voulait nous vendre, donc à quoi bon s’acharner : ]

Nous poursuivons donc notre ascension sur le chemin pavé. Et oui, Matang n’est pas un village plat mais se trouve sur une butte.

La rue pavée qui monteDe bas en haut, les maisons se succèdent le long de la ‘rue’ faite de petits pavés, qui monte jusqu’à la place des fêtes : quasiment au sommet de la butte, une sorte de place ceinte par une galerie où les gens du village se retrouveront quelques jours plus tard pour célébrer le nouvel an chinois.


De là, on surplombe le village.
En contrebas à gauche et à droite, les champs de rizières s’étendent et au loin, cette muraille d’arbres qui masque les environs.

Place des fêtes à Matang

Jeux de ruesPuis nous redescendons. En chemin nous voyons des enfants jouer dans les rues avec des jouets comme il y en avait en France il y a peut-être 50 ans.

Ca ne m’empêchera pas de constater, dans cet environnement très simple de vie à la campagne loin des immeubles des grandes villes, ces antennes paraboliques qui hérissent les toits ou trônent dans les cours, qui sont le canal de la ‘civilisation moderne’ dans ces villages… contraste.

Retour sur le terrain de basket où notre chauffeur nous attend pour notre retour sur Kaili. Dernier regards sur le village, dernière villageoise qui tente de nous amener chez elle pour nous montrer ses étoffes, nous allons reprendre le chemin de terre en sens inverse, retour vers l’autre civilisation…

Le chemin de Matang

Retour à la présentation

Toutes les photos du voyage (à venir)

Tags: ,

Sur le même sujet...

5 commentaires pour “Guizhou - Guangxi (8) et puis Matang”

  1. Commentaire par Jean :

    Il y a du texte qui chevauche des images. Notamment “Nous finissons par nous extirper du piège commercial”. Apparemment des balises non fermées. Pour trouver d’où ça vient :

    http://users.skynet.be/mgueury/mozilla/

    Pourquoi ne migrerais-tu pas ton blog vers quelque chose de bien plus correct ? Comme http://www.dotclear.net ? Il s’installe par défaut en utf-8 et tu pourrais écrire le chinois directement plutôt que d’avoir à aller fastidieusement chercher les valeurs Unicode… Il est facile à personnaliser :

    http://petit.dotclear.net/

    Il est développé par des français ce qui veut dire une bonne doc toute en français, un forum animé par des tas de gens compétents, etc.

  2. Commentaire par Céline :

    Merci de ta remarque Jean, mais je n’ai pas ce problème de chevauchement de texte sur les images, ni sur Firefox, ni sur IE.
    J’affiche le code source, mais rien ne me saute aux yeux quant à une balise manquante…

    En ce qui concerne les caractères chinois, je les tape tels quels, et la conversion UTF8 se fait automatiquement, donc rien de fasitidieux là-dedans.
    Quant à une migration, je n’ai pas le temps à y consacrer s’il s’agit d’une simple question de validation w3c ou d’encodage. Over-blog me satisfait pleinement pour le moment.

  3. Commentaire par Jean :

    Reste ce problème sous Safari. Si on valide la page on trouve 91 erreurs. Il suffirait de les corriger pour que tout se passe bien. Cela prouve bien qu’Over-blog est médiocre.

    Pour info on fait de très belles choses valides sous Dotclear :

    http://www.jeuxdemaux.com/2006/05/27/902-theme-vintage

    C’est une mauvaise solution que de ne pas utiliser l’utf-8 pour les langues non latines. Toi qui écrit et parle le chinois comment pourras-tu te relire dans le code source ?

    Ceci dit je pensais que c’était ton métier (le web). Si ça n’est pas le cas je comprends que tu ne sois pas intéressée de faire des progrès, y compris pour toi même.

    Note : IE n’est pas une référence, bien au contraire. Si du premier coup tout se passe bien avec IE c’est mauvais signe :-)

    À plus.

    ?

    PS : je tente la signature en chinois pour voir si ça passe.

  4. Commentaire par Jean :

    Raté pour la signature. Ça ne passe pas. Sur mon blog d’expérimentation, pas un vrai blog mais de quoi tester techniquement des choses. Tout se passe bien. Voir le billet :

    http://lamangrove.com/dotclear/index.php/2006/05/27/9-juste-un-petit-mot-pour-tester-le-chinois

    Je t’invite à y laisser ton commentaire en chinois…

    À plus.

  5. Commentaire par Aixue :

    Ben oui, ça marche bien le chinois avec Over-blog. Et puis ces blogs sont à destination des francophones, non ? Donc y’a pas non plus besoin de systèmes hyper perfectionnés pour le chinois, y’en a pas des tonnes… Enfin, je suis pas une professionnelle, moi :D

    Dis-donc, il s’en est passé des choses pendant ce voyage ! Tu vas encore nous tenir longtemps en haleine, comme ça ? ! En tout cas les photos sont vraiment très bien. Moi qui ne suis (encore) jamais allée dans cette aprtie de la Chine, ça fait vraiment envi !

Laisser un commentaire