Guizhou - Guangxi (2) un tour à Guiyang

17 janvier 2006

Nous sommes arrivées dans la ville de Guiyang en milieu d’après-midi. De là, notre première destination fut d’aller à la gare ferroviaire : nous tenions à prendre le train pour revenir à Shanghai, donc il nous fallait acheter nos billets au plus tôt, pour ne pas être à nouveau obligées de prendre l'avion.

Dans l’avion qui nous avait menées de Shanghai à Guiyang justement, nous avons pu nous fixer un trajet pour la quizaine de jours que nous souhaitions passer dans la région. En gros nous avons pensé faire une boucle qui engloberait la région entre Guiyang et Yangshuo, au sud de Guilin, incluant donc le sud-est du Guizhou et le nord-ouest du Guangxi, avec une kyrielle de villages des minorités en points étapes. (Voir la carte pour situer).

Malheureusement, le programme a dû être remanié…


Loi des séries oblige, à la gare, impossible de réserver dès le 17 janvier un billet pour le 30 janvier (histoire d’être à Shanghai pour le 1er février, pour l’anniversaire de Sandrine !), mais c’est bien sûr, c’est Chunyun ! Pour acheter un billet pour le 30 janvier au départ de la gare de Guiyang, “Repassez le 21″ me dit-on. Mais bien sûr ! Sauf que nous on pensait être déjà loin le 21, peut-être à quelques centaines de kilomètres de là, pas trop loin de la frontière du Guangxi par exemple…
Bon, et bien nous repartons bredouille, avec l’impression que ça ne va pas servir à grand chose de faire de grands plans détaillés de notre parcours trop à l’avance au risque de perdre tout simplement notre temps.

Mission n°2 : trouver un hôtel.
C’est la période des congés, certes c’est un bazar monstrueux pour les transports, mais c’est une aubaine pour les chambres d’hôtels ! Car si les chinois se déplacent, c’est essentiellement pour se rendre dans leur famille, résultat les hôtels sont en général quasiment vides. On peut donc négocier !
Enfin le premier que nous avons tenté a d’entrée proposé un rabais sur le prix affiché. 168 yuans, pour un truc pas super folichon… Quand je demande de baisser, l’employée refuse. Elle ne nous empêche pas de partir, tant pis pour elle, nous allons voir ailleurs.
Revenues près de la gare, nous passons juste devant l’hôtel qui y fait face, le Tongda Fandian 通达饭店, un grand bâtiment d’architecture moderne. Nous entrons sans trop y croire, mais figurez-vous que l’hôtel proposait justement une promotion sur les chambres doubles ! 158 yuans la nuit pour l’hôtel en face de la gare et des lignes de bus et tout à fait correct. Banco !

Statue de Mao Architecture locale Afin de pouvoir profiter du temps qui nous restait avant la tombée de la nuit, une fois dans notre chambre, nous nous empressons de feuilleter nos guides pour voir ce que nous pouvions faire dans la ville. Pas vraiment de site particulier à ne pas manquer, nous optons donc pour une balade dans la ville, histoire de prendre le pouls de Guiyang, capitale de la province du Guizhou.

Une statue de Mao, une architecture particulière, et un “monument” déjà vu abritant un supermarché, rien de vraiment passionnant en effet…

Une pyramide !

Même le marché prometteur avait tout simplement été détruit, rasé pour quelques constructions à venir visiblement, mais encore squatté dans les quelques habitations prêtes à s’écrouler qu’il contenait encore.

Heureusement, au hasard de nos détours nous avons trouvé des quais jalonnés de petits parcs, et bien agréables à la nuit tombée…

Les quais de Guiyang by night

Mais ce que nous avons préféré est venu avec l’heure du dîner :)

C’est une des particularités de Guiyang : la ville fourmille de petits étals, de marchés,  où les gens ont l’habitude de venir acheter leur dîner et surtout de le manger dehors, dans l’une des tentes installées pour la nuit le long des rues.

En tout cas, en remontant de la Place du Peuple vers la gare, nous en avons trouvés des files entières. Et on ne s’est pas privées !
Préférant éviter les pieds de porcs et autres queues (sûrement) de chien, nous nous sommes délectées de pommes de terres sautées à picorer sur cure-dent (1 yuan/portion), de brochettes de mouton du Xinjiang (1 yuan/brochette), et de soupes de raviolis (3 yuans/portion), etc…

Les tentes pour le dîner du soir à Guiyang

De bonnes pommes de terre sautées Stand de raviolis et nouilles à cuire Vendeuses de fruits

Une ambiance très chaleureuse et animée dans les rues. Nous en avons profité pour faire le plein de fruits et de biscuits (au poids, 2 yuans les 6) pour notre petit déjeuner du lendemain.

Petit échange de langues Anglais / Xinjianghua (dialecte du Xinjiang, région de l’extrême Nord-Ouest de la Chine) avec les vendeurs de brochettes de mouton autour de leur mini barbecue. Alors voilà : “Bonjour” en Xinjianghua, ça se dit “Seumeseu”, enfin je le transcris comme ça. Depuis, en voulant épater mon vendeur de brochettes de Minhang, j’ai appris qu’”au revoir” se disait “(r)oïch’”, à la louche. Ca pourra toujours être pratique pour une prochaine vadrouille dans le Xinjiang ;)

Les super bun dorés au grill : un régalLa trouvaille de la soirée pour moi fut des petits buns chauffés au grill. Il y a juste un vendeur avec sa femme qui les fait comme ça, ils circulent seulement sur les alentours proches de la gare. Les autres que l’on trouve partout n’ont rien à voir avec.
Le fait qu’il soit chauffés au grill et bien dorés comme ça donnait au bun la consistance et le goût les plus proches du bon pain chaud, de tout ce que j’ai pu goûté en Chine. Une fois chaud, le marchand fait une fente dans le bun et y fourre ce qu’on souhaite parmi le choix à disposition, pour 1 yuan le bun. Moi j’ai opté pour le sucre et des sortes de cacahuètes ou pignons : hmmm c’était troooooop bon, je me suis régalée :P
(désolée pour la photo floue, mais il fallait que je vous montre ça !)

La dernière mission de la soirée fut de trouver un cybercafé. Vous pourrez constater que pendant tout notre séjour je vais avoir besoin de consulter régulièrement mes mails, recherche de stage de l’époque oblige… Trouver le premier sera à l’image de nos recherches de cybercafés pendant tout le périple : tout le monde sait où il est, mais il est tellement bien caché que c’est assez difficile à trouver.
Pour celui-ci, après avoir demandé l’information auprès de 5-6 personnes peut-être, nous le débusquerons au bout d’une ruelle près de notre hôtel située sous le niveau du parvis de la gare, masqué par de gros rideaux opaques.
Entre temps, nous nous sommes faites proposer une bonne dizaine de logement chez l’habitant. Non merci ! Pour ce soir, tant qu’on peut, nous allons passer une bonne nuit au chaud, avec une bonne douche et un lit confortable… ça pourrait ne pas durer…

Revenir à la présentation

Toutes les photos du voyage (à venir)

Tags: ,

Sur le même sujet...

Laisser un commentaire