Guizhou - Guangxi (1) SHA-KWE

17 janvier 2006

Comme je l’annonçais dans le dernier billet juste avant notre départ, c’est par avion que nous avons rallié Guiyang depuis Shanghai. Mais 1- ça n’était pas comme ça que j’envisageai d’arriver à Guiyang, et 2- rien que l’achat de ces billets d’avion, c’est une aventure rocambolesque à elle toute seule, comme je commence à en avoir l’habitude dès qu’il s’agit de voyager pendant les congés du Nouvel An…

Et oui, nous n’étions pas encore parties que déjà, le Chunyun 春运 (= période qui précède et suit le nouvel an chinois) allait nous jouer des tours…

Objectif : 34h en train

Dans le but d’économiser et de tenter l’expérience au moins une fois, Sandrine et moi voulions faire le trajet de Shanghai à Guiyang en train. Comme vous suivez assidûment, vous me direz, “bah, l’année dernière, vous avez déjà testé le train longue durée, avec les couchettes et tout le tintouin !” Sauf que, cette fois là, le trajet ne durait QUE 12 heures, de la rigolade quoi. Shanghai-Guiyang, c’est 34 heures en train ! Non pas que la distance soit beaucoup plus grande, c’est surtout que Shanghai-Guiyang est rallié par un K112, K comme Kuai qui veut dire vite pas vraiment beaucoup non plus, alors que Shanghai-Pékin, c’est un Z8, Z comme “Zuper trop vachement vite” ou “Zui kuai” peut-être pour “le plus rapide”.

Donc c’est pleine de motivation que je suis allée une semaine en avance au petit guichet de billets de trains de Minhang dont je connais maintenant bien les employés. Depuis les galèèèèèères (1), (2) et (3) de l’an dernier, j’en ai fait du chemin ! Donc maintenant avant d’y aller, je sais où regarder sur Internet pour connaître les horaires des trains, et le prix des billets par classes, et même le trajet détaillé des 2060 km de ligne si je veux.

huochepiao.comFlash info pratique : jeter un oeil sur huochepiao.com (uniquement en chinois) pour trouver toutes ces infos. Par contre le chemin de fer chinois ce n’est pas la SNCF. Impossible de réserver en ligne (où alors dites-moi comment !), donc il faut encore prendre ses petites jambes pour aller acheter son billet…

… et refaire la queue… pendant 2h30… pour arriver enfin, complètement frigorifiée dans l’antre du guichet, et présenter toute fière sur son petit papier les informations concernant les billets qu’on veut, et tout… et se faire entendre dire : “ah non, désolée, mais là je n’en ai plus un seul.”

… mine déconfite … mine déconfite … mine déconfite …

Comment ça ils n’en ont plus un seul, mais on ne peut acheter les billets que 9 jours à l’avance à cette période de l’année (encore une des merveilles du Chunyun…), on a à J-8 là donc faut pas abuser non plus ?! Ce pourrait-il que tous les chinois se mettent à voyager en couché mou, 65 euros le billets quand même ?
“Repassez dimanche, dans 5 jours, j’en aurais peut-être.” C’est bizarre j’ai comme une impression de déjà vu… :

Dimanche 15 janvier donc, alors que notre départ était prévu le 17, le lendemain de mon dernier partiel, Sandrine débarquée la veille et moi retournons donc au guichet (2e impression de déjà vu, et oui, j’aime bien emmener Sandrine le lendemain de ses arrivées à Shanghai, un dimanche en général,  dans l’endroit le plus typique de Minhang…).
Sauf que là, la série des déjà vus va s’arrêter là : il ne reste qu’un seul billet pour Guiyang, et encore… en assis dur… Non parce qu’à la rigueur, en couchette, je serais partie sans Sandrine, mais là, faut pas abuser non plus, je tiens à mon confort :P  Trève de plaisanterie, l’humeur du moment était donc à :

… 2 mines déconfites … 2 mines déconfites … 2 mines déconfites  …

Bon et, bien c’est râpé pour les économies et l’expérience des 34 heures de train. Peut-être aurons-nous plus de chance pour le retour ? En attendant, de retour dans ma chambre (oui parce qu’en plus, l’hôtel du campus étant plein pour cause d’examens et aucune chambre d’étudiant n’étant disponible, nous avons un peu fait camping dans ma toute toute petite chambre d’étudiante avec la complicité des ayis, Sandrine étant entre temps devenue ma grande soeur, félicitations Papa ! ”Ayi bangzhu ni” =”"Ayi t’aide”, ah mes copines… - fin de la digression), passage au plan B : achetez des billets d’avion, vite ! Pas question de s’éterniser à Shanghai, d’expérience ce n’est pas le meilleur moment point de vue météo…


Plan B : l’avion

ctrip.comDu coup 2e astuce et flash info pratique, toujours pour les plans voyages en Chine sur Internet : le site ctrip.com, avec une version Anglaise pas trop mauvaise en plus !
Outre les services de réservation d’hôtel, le site permet d’obtenir les informations sur l’ensemble des vols en Chine, et… et… et… même de réserver, et de payer en ligne ou bien de se faire livrer et de payer à la livraison, sans compter le programme de fidélité pour gagner des points et obtenir des réductions !

Mais revenons au point intéressant. Vol Shanghai-Hongqiao — Guiyang pour le 17 janvier pas de problème, un vol à 12h05, pas trop tôt le temps qu’on se réveille bien, arrivée prévue vers 14h30, parfait pour avoir le temps de trouver un hôtel. Moyennant 40% de réduction, et en incluant les taxes d’aéroport, nous nous en tirons pour 1050 yuans par billet, gloups, un peu plus cher que le train tout de même…

A tel point qu’il va falloir que nous allions retirer de l’argent au distributeur. Ah, vouloir se faire livrer et payer en liquide tout ça pour éviter une commission bancaire, si nous avions su…
D’abord nous avons cru ne pas pouvoir les réserver du tout ces billets, pour cause de surmenage du site, et oui c’est la période. A en croire à une accumulation de schkoumoune, mais ça n’était encore rien. Quelques minutes après avoir abandonnée mon ordi dépitée, ctrip m’appelle : malgré le plantage informatique, la réservation est passée, nous allons pouvoir être livrées à domicile, moyennant une petite surprime de 40 yuans, parce que Minhang c’est loin quoi, on le savait… OK cool ! L’horizon s’éclaircit ? Hum, pas pour longtemps.


L’ultime obstacle : le distributeur de billets

2e mission, le distributeur. Le campus en compte 2 qui acceptent les Visa et 2 autres uniquement pour les cartes chinoises. Sandrine va au premier DAB Visa, problème, impossible de retirer. Le second est tout bonnement en panne. Qu’à cela ne tienne, je vais pouvoir lui avancer l’argent en retirant ma bourse : oups, en fait j’avais déjà dû la retirer, je vous passe les détails complexes, toujours est-il qu’au lieu de 1100 yuans, mon compte n’affichait plus 40,15 yuans (important à retenir pour la suite du voyage). Bien sûr les autres DAB feront la sourde oreille face à la Visa de Sandrine. Du coup nous nous mettons en quête d’autres DAB en dehors du campus. Première idée, Auchan ! Mais pas question de perdre du temps, nous n’avons plus qu’une heure devant nous avant la livraison, et je ne crois pas que le coursier à moto accepte les Visas…

Du coup nous prenons chacune toutes nos cartes bancaires pour être sûr de pouvoir retirer. Mais devinez quoi, à Auchan, sur les 2 DAB en place, 2 DAB hors-service, vraisemblablement à cours de billets : les Chinois qui voyagent, ils faut bien qu’ils les paient avec du liquide leurs billets, parce que le guichet il n’accepte pas les cartes non plus… Bref, là ça commence vraiment à faire beaucoup.
J’ajoute qu’à ce moment précis j’étais supposée en finir avec mes révisions pour mon partiel du lendemain midi, et qu’avec toutes ces histoires, et d’autres que je vous passe [oui, période critique que ce week-end de mi-janvier], j’avais à peine eu le temps d’ouvrir mon bouquin. Autant vous dire que je commençais à stresser un tout tout tout petit peu !

Sorties du Auchan, alors que la schkoumoune n’en finissait plus de s’abattre, nous montons dans un QQ en envisageant déjà de devoir renvoyer le coursier à défaut de pouvoir le payer, nul quoi. Quand soudain, miracle : une banque cachée derrière un buisson ! Je fais signe au chauffeur de nous y mener, je le fais patienter le temps d’aller checker que le DAB acceptait les Visas : c’est bon, on va pouvoir retirer des l’argent ! Enfin ne pas crier victoire trop vite, il y a encore 3 personnes devant nous, et chacune prenant un malin plaisir à retirer systématiquement 2 fois 1000 yuans, la limite de retrait classique. Sandrine passe sa carte,… suspense,… on n’est pas encore sûres que ça va passer… ah ! le bruit salvateur de l’appareil qui  sort les billets ! Ca y est ! Nous allons pouvoir payer nos billets d’avion, enfin notre voyage se matérialise !

2 mines soulagées !


Dernière ligne droite : le coursier

Un autre QQ nous ramène, j’ai le temps de tourner quelques pages de mon livre, prête à bondir à l’appel du coursier. Il ne faut pas qu’il arrive trop tard, nous sortons dîner avec un groupe d’amis ce soir !
18h30, toujours pas d’appel, ah c’est pas vrai… j’envisage encore des plans tordus pour attendre le coursier seule et rejoindre mes amis après, mais ça va encore être galère ! Nous quittons la chambre pour ne pas les faire attendre sur le lieu du rendez-vous, déjà un étage de dévalé quand une sonnerie retentit : mon téléphone ! Vite je remonte 4 à 4, ouvre en trombe et répond toute essoufflée au coursier qui venait d’arriver : “C’est bon, on arrive !”. Ah que d’émotions !

Enfin nous voilà à l’entrée de l’université en train de donner nos grosses liasses de billets de 100 yuans à en gars en gros blouson sur sa moto, mes amis qui arrivaient justement avaient bizarrement l’impression que nous étions en train de conclure quelque deal illicite, bizarre non ? Nous vérifions nos billets, tout est ok, le coursier n’en finis plus de recompter, et devinez quoi ? Il a oublié la surprime de distance, et nous… bah on a oublié de lui rappeler, mauvaises filles que nous sommes :P
Et nous avons pu aller nous régaler au Simply Thai de Xintiandi en toute sérénité, quoiqu’encore un peu stressée pour mon cas, mais bon, la gestion des crises ça commence à me connaître, les révisions nous les ferons très tôt le lendemain matin…

Billet d'avion et carte d'embarquement

Nos billets tant attendus !


L’effet sac, l’effet laowai

Et voilà comment mardi matin je me suis rendue pour la première fois à l’aéroport de Shanghai-Hongqiao (SHA) pour mon tout premier vol intérieur en Chine, à vrai dire mon tout premier vol intérieur tout court. Yep, Paris-Shanghai fut mon baptême de l’air, la classe internationale quoi :]

Pour nous rendre à Hongqiao, d’abord QQ avec nos gros sacs de randos fraîchement achetés dans 2 Décath' à plusieurs milliers de kilomètres l’un de l’autre, puis métro jusqu’à Xinzhuang, et toujours notre petite sensation, l’effet sac quoi ;) Et enfin taxi jusqu’à l’aéroport, y’a pas de petites économies ! Bien sûr Hongqiao c’est tout petit par rapport à Pudong, ça n’empêche que la brasserie propose son Xianrou Caifan (咸肉菜饭) 10 fois plus cher qu’au restaurant universitaire… Le temps de nous faire faire 2 cartes fréquence sur notre compagnie, Air China, un petit tour sur le tarmac, et nous voilà bien installées.

Air ChinaAprès l’effet sac, l’effet laowai. Nous sommes naturellement les seules étrangères à être assez folles pour prendre l’avion pour Guiyang, nous apprécierons cependant l’effort de l’équipage à s’exprimer en anglais rien que pour nous ;) Ah pas de journal en anglais me fait-on signe, trop dommage…

Le vol s’est très bien passé, et contrairement à ce qu’on m’avait raconté, pas de chinois qui crache ou mange salement. Un vol calme, tranquille, un peu trop chaud peut-être, mais nous n’allions pas nous plaindre du soleil tout de même !

Enfin le temps pour nous de parcourir consciencieusement nos guides de voyages, et d’élaborer une trame de parcours pour nous mener jusqu’à Yangshuo et revenir à Guiyang en voyant un maximum de paysages de carte postale et de villages des minorités si particuliers. Car nous le savons déjà, vu que nous tenons à prendre le train pour repartir et vivre cette ô combien enrichissante expérience des 34 heures de train, nous devrons prendre le train depuis Guiyang, car il n’y a que là que nous pourrons acheter les billets dans les temps (parce qu’on nous la fait pas 2 fois à nous !).

10 yuans pour monter dans la navette qui nous amène de l’aéroport de Guiyang (KWE) jusqu’à la gare ferroviaire. Ca y est nous sommes à Guiyang, dans le Guizhou, c’est parti pour 2 semaines de vie à la routarde !

Revenir à la présentation

Tags: , , , , , ,

Sur le même sujet...

3 commentaires pour “Guizhou - Guangxi (1) SHA-KWE”

  1. Commentaire par Tom :

    je vois que je ne suis pas le seul en rade de RMB. Ds mon cas c’était au moment de payer le loyer que je ne trouvais aucun distributeur qui fonctionnait. Inutile de dire que la proprio n’acceptait pas les CB, elle n’a même pas accepté les nouveaux billets de 100 (ceux avec des petits tirets rouges)

  2. Commentaire par Céline :

    De nouveaux billets de 100 avec des tirets rouges ?? pas vu encore, SCOOP !

  3. Commentaire par lolo :

    juste un ptit renseignement, le site huochepiao a l’air superbe mais

    kan bu dong! il y a possibilite de le consulter en anglais???

    merci d`avance et bonne route a canton

Laisser un commentaire