Shanghai, I love you

25 avril 2011

Cela fait 6 ans et 8 mois. Oui ce n’est pas très rond, ce n’est pas un anniversaire marqué en rouge dans le calendrier des événements de ma vie, ce n’est pas très symbolique, mais c’est maintenant que je réalise : ça fait 6 ans et 8 mois que je vis en Chine. Principalement à Shanghai d’ailleurs. J’ai vécu 2 ans à Canton, ai visité Pékin et Hong Kong X fois,… juste assez pour m’assurer que c’est bien à Shanghai que je me vois et pas ailleurs. Est-ce la Chine d’ailleurs qui me fait rester, ou est-ce juste Shanghai qui me retient ? Serais-je encore ici si j’avais échoué ailleurs ou perduré à Canton ? J’en doute. Une chose est sûre en tout cas : j’aime ma vie ici à Shanghai, et je compte y rester encore un moment.

I love Shanghai

Ce constat peut sembler anodin, mais pas tant que ça. Après tous ces moments “Alors je vais bientôt finir cette étape, et après je fais quoi ?” qui reposent le dilemme de l’expatrié : je reste ? je rentre ? je repars à l’aventure ailleurs ? Et la famille back home qui demande à chaque visite “Et alors, tu comptes rester encore longtemps ?”. Je ne l’ai pour ainsi dit jamais vraiment reconnu ainsi : oui je suis en Chine, je sais ça fait longtemps, et bien je m’y trouve bien et je ne prévois pas d’en bouger avant encore longtemps.

Alors voilà c’est dit. Ou plutôt, c’est écrit. En fait, ça ne sort pas vraiment de nulle part. Récemment je me suis trouvée à relater mes péripéties chinoises à quelques “jeunes pousses” d’expatriés en Chine : passé le cap du “waou mais t’es un dinosaure de la Chine en fait !”, finalement ça m’a fait prendre conscience de cette réalité. J’ai évolué ici, j’ai grandi, j’ai appris, et j’en ai encore envie, … malgré la Chine !

Comme on me dit parfois “Ah oui, tu n’es pas fed up, toi”. Non, je n’en ai pas marre, je n’en suis pas dégoûtée ou usée. Il y a tous les jours des tas de petites choses qui m’agacent, mais je les oublie aussi vite qu’elles sont arrivées. La plupart des étrangers partent en vacances aux Philippines, à Bali,… dès qu’ils le peuvent : moi je n’ai qu’une envie, c’est de découvrir encore plus de Chine !

Je m’interroge aussi beaucoup sur mon identité. Un peu moins française, loin d’être chinoise, même si mes amis chinois y font allusion en plaisantant. Quand je suis en France, je reconnais mon pays et je ne le reconnais plus. C’est comme visiter un pays familier mais auquel je suis étrangère, je ne perçois plus de sensations rassurantes, je me sens comme agressée. Passée une semaine en France, ma seule hâte : rentrer chez moi, à Shanghai. Je mélange aussi les 3 langues, avec l’anglais, de plus en plus naturellement, ça sort comme ça sort, on corrige le tir après si besoin. Le chinois et l’anglais prennent d’ailleurs une part grandissante, non seulement à l’oral, mais aussi dans le fil de mes pensées. Je mute en “totale-expatriée” ?

Je ne sais pas combien de temps je vais rester à Shanghai, je ne sais pas comment je vais évoluer. Mais je sens que c’est intéressant et j’ai envie d’en garder une trace et de l’échanger avec ceux qui s’y retrouveront aussi peut-être. Il y a quelques jours je suis retournée pour la 1ere fois en 6 ans (et 7 mois !) au Grand Prix de F1 de Shanghai. Ca m’a remémoré bien sûr mes débuts ici, et fait réaliser tout le chemin parcouru. Aujourd’hui, je ne suis plus une touriste-étudiante émerveillée qui découvre la Chine comme un terrain géant d’aventures et d’anecdotes rocambolesques. Aujourd’hui je vis en Chine dans le sens où j’y fais ma vie. Et c’est comme cela que j’ai envie de le partager. Céline en Chine devient non plus seulement un Carnet de Route, mais un témoignage de ma route, arrivée à bon port et ancrée à Shanghai, Chine.

Tags: ,

3 commentaires pour “Shanghai, I love you”

  1. Commentaire par WONG :

    bonjour, je souhaiterai te poser qq questions sur le HSK est-ce que je pourrais avoir ton adresse mail ?

    merci d’avance ! bisous

  2. Commentaire par Céline :

    @WONG Bonjour ! Je n’ai malheureusement pas le temps de répondre à tes questions, et surtout mon expérience sur le sujet commence à dater, ça fait 6 ans que j’ai passé le mien ! J’espère que mes quelques articles sur le HSK te donneront quelques idées. Je t’invite à rechercher d’autres sources plus actuelles. Bon courage !

  3. Commentaire par cours de chinois en chine :

    J’aime bien ton style d’ecriture, mais je n’aime pas trop shanghai, je prefere les villes du nord…

Laisser un commentaire