Poulets shanghaiens passés au grill hertzien et à la sauce anglaise

1 novembre 2005

Non ceci n’est pas une recette chinoise, mais une vision imagée de ma journée d’hier, passée sur un plateau de télévision
en compagnie de policiers shanghaiens, venus se confronter dans une joute sans merci avec, en particulier, une épreuve d’anglais où j’aurai eu mon grain de sel à apporter.
Séquence souvenirs…

Tout a commencé il y a un mois quand notre ancienne professeur de chinois, Shenghua, a tenu Marieke un bon moment en haleine au téléphone pour lui expliquer que la police de Shanghai cherchait des étudiants étrangers pour participer à un programme d’anglais auprès de leurs rangs. Grosso modo à l’époque, nous croyions que nous allions être enrôlées pour donner des cours d’anglais sur la sécurité routière. Mais cette idée que nous en avions allait vite évoluer.

emission-police-01-scriptPeu après, nous sommes convoquées au bureau de l’administration de Jiaoda, le seul à nous connaître un peu d’ailleurs, pour y rencontrer un des acteurs du programme, un policier de Shanghai donc, ainsi que notre futur compagnon de galère, Colomba, un Nigérian bien sympa !

Le temps de quelques explications. Nous comprenons qu’il s’agit en fait d’une compétition au sein de la police shanghaienne, et que nous allons devoir l’arbitrer en donnant des notes aux candidats. Nature de l’épreuve : des scènes de circulation routière à jouer en anglais, chaque fois interviennent un policier à juger et son/ses juges, à savoir nous !

Bon bah, il n’y a plus qu’à nous préparer. Et pour cela, nous repartons tous 3 avec un script de 5 scènes différentes à la main. Pour la suite on nous recontactera. Et pas question de se défiler, c’est qu’on compte sur nous, sans quoi ils seraient bien dans l’embarras les policiers de Shanghai.

Bon, bah moi qui était venue me renseigner pour en savoir plus, me voilà embarquée dans un truc dont je ne saisis pas tous les tenants et aboutissants. Si au moins une chose, nous serons a priori… pas payés :( Bon, on ne sait jamais, ça peut au moins être très instructif, et apporter des contacts pour autre chose de plus lucratif (hum… vénale que je suis).

Et puis une fois recontactées, on nous confirme que c’est bien sur 2 sessions que nous allons devoir intervenir. L’une de test, l’autre qui sera la compétition réelle, un coup pour du faux, un coup pour du vrai quoi. D’ailleurs ça n’a pas été sans mal pour trouver une date où nous étions disponibles tous les 3.

Mais finalement nous avons réussi à nous libérer chacun le même après-midi, direction Xinzhuang 辛庄 où se trouve l’école de police… en voiture de police s’il vous plaît ! De quoi intriguer et bien faire rigoler nos amis qui se trouvaient là :)
Nous avions à peine jeter un œil à nos fameux scripts, juste histoire de savoir de quoi il retournait et de ne pas avoir l’air de complètement débarquer. Heureusement, car après un accueil chaleureux avec force de boissons chaudes et froides à volonté, nous étions attendus de pied ferme par une dizaine d’agents et leurs supérieurs.
Petit briefing : c’est parti, action. Chacun notre tour nous nous essayons à jouer chacune des scènes plus irréalistes les unes que les autres  : Un policier chinois qui arrête un étranger qui a traversé en dehors des clous et l’emmène au poste pour lui faire payer une amende de 10 yuans, vaste blague !
La partie intéressante, c’est quand on nous a parlé du contenu de la journée suivante. Pas de compromis sur la date, ce sera le 31 octobre. Et pourquoi pas de compromis possible ? C’est parce que ce sera filmé à la station télé de Shanghai, et il faudra y être toute la journée, pour répéter avant…
Ah OK, donc il va falloir qu’on apprenne les textes par cœur…

Attente, prise de tête et bonne humeurLundi 31 octobre hier donc, nous voici donc prêtes à 9 heures (presque) tapantes, la mine (presque) fraiche, et nos textes (presque) appris devant la voiture du même policier qui nous emmène cette fois sur Nanjing Xilu, à la station de télévision de Shanghai. Colomba plus chanceux nous y rejoindra à midi.

En retour, notre chauffeur n’aura de cesse de nous répéter son mimi 秘密, son secret, concernant un certain agent à lunettes… hum, on n’a pas trop compris de quoi il parlait…

En tout cas, une fois arrivées, nous voilà menées vers un salon d’attente (très confortables les canapés), et nous donnerons le ton de la journée qui va suivre : attente, prise de tête et… fous rires !

Fin de la première période d’attente : on nous mène assez rapidement vers le plateau d’enregistrement. Et là on comprend…
Ce n’est pas juste un enregistrement pour un programme développé juste pour la police de Shanghai, non : c’est un véritable programme de télévision.

emission-police-03-plateau-repetitionIl suffit d’en juger par le plateau.
Des tonnes de projecteurs, 2 vrais présentateurs derrière leur pupitre à fleurs, une vraie banderole et ce qu’il faut de néons autour, un écran géant, les caméras qui bougent dans tous les sens et les 10 équipes de 3 policiers avec leur compteur de points. Certes un peu cheap le décor, mais pour le reste, tout y est.

Ca y est, on stresse…
Partout ça bouge, ça court de droite et de gauche. Et nous on devient quoi là-dedans ?
On finit par nous le faire savoir. On nous mène Marieke et moi vers la scène, où 2 responsables de l’organisation du tournage nous indique où nous devrons nous placer, ce que nous devrons dire, et à quel moment.

Beaucoup d’informations circulent en très peu de temps. Nous faisons chacune un essai. Pendant que Marieke fait le sien, je discute avec l’un des 2 responsables, qui m’apprend lui aussi qu’il vient de Jiaoda, voilà nous on est françaises, tout ça tout ça, genre on sympathise… enfin pas longtemps.

Parce qu’après nous avoir remerciées pour notre essai et rapidement expédiées vers notre siège spectateur, on nous fait attendre, encore, et quand vient le moment de partir pour aller manger, nous recroisons le fameux responsable.
Une tête de 2 pieds de long qu’il a fait en apprenant que nous n’avions pas de vêtements de rechange pour l’enregistrement. 3 pieds de long après nous avoir vues sans nos manteaux.
Oui mais nous on ne savait pas qu’on allait passer à la télé, et puis je suis censée jouer une scène de rue, pas un bal dans la haute société non plus…

Stress again… puis dépression devant le repas proposé au réfectoire de la station télévisée. Même les policiers nous ont confié qu’ils avaient trouvé ça infect. Heureusement que c’était gratuit pour nous, mais bon, quitte à ne pas être payés, on pourrait au moins avoir un bon repas offert.
Comment je peux être au top le ventre vide moi ?! ;]

L’enregistrement n’est pas censé commencer avant 14 heures. Du coup attente. Nous nous éclipsons de la salle d’attente envahit de fumeurs invétérés pour nous réfugier à l’étage, histoire de réviser nos textes que nous ne sommes toujours pas certaines de maîtriser. Nous sommes d’abord rejointes par le fameux chouchou du district de Pudong, l’agent à lunettes, qui réussit à nous prendre nos numéros de téléphone, encore. C’est déjà le troisième qui nous promet d’aller wanr-wanr 玩儿玩儿 (prendre du bon temps) à Pudong un de ces quatre.

Puis Colomba arrive. Et là les craquages - fous rires amorcés avec les répétitions des textes ne font que s’amplifier. Après le stress et la concentration, place à la bonne humeur !
Voilà d’ailleurs les policiers qui montent pour s’installer. En passant ils nous disent de ne pas nous préoccuper. Oui mais c’est la première fois que je passe à la télévision moi, c’est pas super évident à gérer :

Révisions concentration Révision dur dur Révisions avec Colomba Révision : nimp Révisions prise de tête

L’heure de l’enregistrement approchant, nous finissons par monter. Nous refusons toujours de nous installer dans la salle d’attente toujours pleine de fumée. Dans le couloir des coulisses, nous voyons l’activité s’intensifier. Les présentateurs finissent de répéter leur texte, les danseuses revêtent leur costumes vert fluo, et la chanteuse se plaint que son col de policier est trop serré pour qu’elle puisse chanter à l’aise.
Finalement notre ami policier-chauffeur finit par nous trouver des places assises dans un coin masqué de l’audience. Une audience un peu particulière d’ailleurs, des flics de partout !
Dans le public…

Un public de policiers uniquement

… mais aussi sur la scène bien sûr.

Les candidats policiers au complet

Enchaînant série de questions sur série de questions, tous ces agents de la circulation, en équipe par district de Shanghai, devaient faire montre de leur connaissance livresque pour se distinguer devant un jury de policiers gradés.
Ca dure, ça dure. Au moins d’où on est, on admire la mécanique du plateau, je suis assise juste à côté du caméraman.

Des vraies grosses caméras Et des tas de projecteurs

Premier bilan sanction : 5 équipes sont éliminées. Le temps d’un intermède de danse avec les danseuses-soldates en tutu vert. La danseuse principale sera d’ailleurs en tenue de gendarmette, après la chanteuse en tenue de policier et son col trop serré que le public a squeezée pour faire une pause pipi, ça faisait vraiment overdose de policiers !

Intermède danseuses

Mais surtout, la fin de cette danse signifie que notre passage est imminent. Nous patientons donc derrière les parois de la scène. Au moins ici, on pouvait plaisanter à loisir sans risquer de se faire remarquer ou prendre en photo par les photographes qui couvraient l’événement comme plus tôt.
Ah… Jiaoda, liuxuesheng (étudiants étrangers), Colomba, Fei Mali, Meng Sailin, nos noms ! C’est à nous !

Nous entrons tous 3 sur scène, sous les applaudissements du public bien sûr ;)
Fini de jouer avec les micro HF, un peu de sérieux. Marieke d’abord, qui donnera bien au chouchou à lunettes sa note maximale de 98. Ah oui, dans le briefing du matin, on nous a dit qu’on ne devait donner des notes qu’entre 92 et 98… super déterminant…

Mon tour vient, après le regard rapide au descriptif de la scène sur l’écran géant, action !
0 fautes, ni pour le candidat qui n’aura pas omis de transformer le “Sir” du texte en “Miss”, ni pour moi. Bon je pouvais pas lui donner 98, alors dans ma tête je me focalise sur le 7 de 97 et là, je sors toute fière de moi “Je lui donne la note 77″. Je suis devant le candidat donc je ne vois pas sa mine déconfite, mais l’onde qui parcourt la salle et les paroles déçues de la présentatrice me font réagir.
“Non, non, je me suis trompée, c’est 97, oui 97 !” Ouf de soulagement dans la salle, mais moi je veux me cacher…  Pas vraiment le temps, je dois déjà y retourner en cycliste mal réveillée avec Marieke, piétonne acariâtre et son sac endommagé. Ravale ta fierté Céline, bon cette fois j’énonce la note sans erreur. Ca y est je peux aller me cacher maintenant ?

Colomba et Marieke se feront un peu piéger par l’un des policiers qui aura modifié son texte, et les ayant pris en défaut, leur fera remarquer devant tous… Puis Colomba en dernier apportera sa touche, mais le policier réagira très bien. Enfin, on nous avait quand même dit de ne pas modifier les textes pour ne pas perdre nos candidats…
Déjà qu’on n’a pas de marge sur la notation (réduite entre temps à un créneau 95-98), on n’était vraiment juste là pour faire beau alors ?

Au tour de Marieke, lecture du cas A mon tour : action !
En duo, avec Marieke et son sac endommagé Marieke et Colomba en duo

Mon cachet !Bon pas seulement apparemment.

Juste après notre intervention, nous devons immédiatement rentrer pour éviter les bouchons (en vain) et le chef du programme se dépêche de venir nous serrer la main en nous remerciant chaudement en anglais, et surtout en nous tendant à chacun une enveloppe prometteuse :)

300 yuans comme premier cachet de star en devenir de la télévision chinoise, des promesses d’invitations par de nouveaux amis policiers, une expérience unique, un peu de tension mais une sacrée dose de fous rires. Certes on a dû sécher les cours, mais ça en valait la peine !

Un gros merci à mes compagnons pour cette journée inoubliable et à Marieke en particulier pour les photos quand mon numérique me lâche lamentablement… ;)

 

Epilogue

Le chouchou à lunettes de Pudong et son équipe a bien gagné le concours.
Nous ignorons encore la date exacte de rediffusion du programme et la chaîne qui le diffusera. A suivre !

Tags: , , ,

8 commentaires pour “Poulets shanghaiens passés au grill hertzien et à la sauce anglaise”

  1. Commentaire par Audrey :

    Céline, je suis mdr. Tu l’enregistres histoire de nous faire profiter de tes premiers pas de star à la TV chinoise ;-)
    Zoobiiis !

  2. Commentaire par JF :

    Mon dieu ! C’est pas possible…

    Bande de chanceuses… Tous ces jolis policiers rien que pour vous :-P

    C’est une très jolie aventure humaine en tous cas. Y a moyen de choper des ects ;)

    Vous zêtes trop fortes les filles !
    LOOOOOOOL
    Bizzzzzz

  3. Commentaire par Denis LAGARDE :

    Oh Ma’mzelle Céline : un autographe!
    Wouaouuu, je vais me le faire tatouer sur l’épaule droite.
    A quand le film de l’émission? lol

  4. Commentaire par Fred :

    La célébrité vous guette les filles, on échappe pas à son destin ! ;-)

  5. Commentaire par Zavac :

    J’aime beaucoup la liberté de notation !
    Tu découvres avec excitation le métier de potiche ;-p
    J’avais déjà du jouer “vive le vent” dans une camionnette a la clarinette avec 30 autres instrumentistes et je retrouve bien l’ambiance du plateau avec tous ces gens qui grouillent pour faire dire deux inepties à Fophie Favier.
    Prends soin de toi.

    J.Lo

  6. Commentaire par m'barek :

    Magnifique !

    comme quoi on se sait jamais ou nous mene la vie …. et les policiers chinois :-)

  7. Commentaire par My :

    Quand tu disais que tu ne t’attendais pas à tout ça (en créant ton blog et certainement aussi en partant en Chine), tu ne pensais pas que ça continuerait… où cela finira-t-il ? Bravo ! ;)

  8. Commentaire par ChoUWette :

    La chAnce !!!

Laisser un commentaire