Oui… mais non

30 mai 2005

Quand on vit de manière prolongée à l’étranger, pas toujours évident de suivre l’actualité de son pays. Pourtant il est des sujets qu’il est difficile de manquer, mieux vaut même s’y intéresser de près : le dernier en date, tout le monde l’aura compris, concerne le référendum qui vient de se solder sur un NON retentissant.

C’est par la petite fenêtre de mon ordinateur que j’ai pu suivre autant que possible le débat qui animait la France ces derniers temps autour du référendum concernant la ratification de la Constitution Européenne. Comptant que la Chine compte 6 heures de décalage avec Paris, je n’ai naturellement pas attendu les premières estimations (4h du mat chez moi quand même…), et ce matin, peut-être encore plus vite que d’habitude je me suis préciptée sur mon ordi à mon réveil (comment ça un peu geekette sur les bords ?). La journée commença mal…

Loin de vouloir me lancer dans un débat politique qui ne changerait rien, le fait de vivre à l’étranger au milieu d’une population très éloignée de l’Europe pas seulement géographiquement, nous fait réaliser la nécessité de l’existence d’une “force européenne” cohérente, qui aurait pu naître de cette Constitution Européenne.
Déjà pour nous ressortissants de l’Europe, ce n’est pas toujours chose aisée que de faire le clair entre l’espace Shengen, la Zone Euro, l’Europe des 15 qui passe à 25 et bientôt combien ? Alors pour des Chinois…
Nombre de sujets d’envergure internationale émergent aujourd’hui, au sujet desquels la Chine exprime sa voix face aux Etats-Unis, mais peine à entendre celle d’une Europe indécise, qui pourrait pourtant avoir quelque chose d’intéressant à ajouter. Quels rôles peuvent bien jouer seules la France et sa culture, l’Allemagne et ses voitures, tel ou tel autre pays isolé dans ces luttes de géants ?

Ce sont ces questions qui nous font regretter l’issue du référendum d’hier, l’idée que le débat se plaçait au-delà des guéguerres politiques internes à la France, ou des implications socio-économiques engendrées. Certes tout n’est pas fini, une nouvelle Constitution pourra être proposée, mais dans combien de temps ? Impression qu’on vient de manquer le coche, c’est maintenant que les choses bougent, y contribuerons-nous significativement ?

Je me permettais de parler au nom des expatriés en Chine. Force est de constatée que selon qu’on se trouvait en France ou pas, l’opinion était différente. De ce que j’ai pu lire sur le blog de Pierre Haski, en Chine, le OUI l’a emporté à 90% ! Je vous laisse lire sur son billet le détail des résultats et son avis sur la question.

Bien sûr nous en avions discuté auparavant avec nos amis Allemands. Quand nous leur parlions de la fervente opposition menée en France, ils étaient des plus étonnés. Dans leur pays la ratification sera votée par leurs représentants et non par référendum, a priori aucun doute sur l’issue favorable qui devrait en découler. Intéressant de voir les différentes attitudes dans nos 2 pays bâtisseurs de l’Europe.

Ci-dessus une photo que j’avais prise lors du discours de M. Raffarin (alors) Premier Ministre lors de sa venue à Shanghai en avril dernier. L’on y voyait le drapeau français disposé tout près du drapeau européen, beaucoup de choses auront vraissemblablement changé lors de la prochaine intervention française en Chine…

Tags: , ,

Sur le même sujet...

4 commentaires pour “Oui… mais non”

  1. Commentaire par Européen perdu :

    Résultats à Tokyo:
    55% des inscrits seulement sont allés voter dimanche
    84.72% Oui
    14.23% Non
    Effectivement, le fait d’avoir du recul permet de sentir la nécessité d’une Europe forte. Le temps des nationalismes n’est toujours pas révolu en Gaule…

  2. Commentaire par desaccord :

    “Je me permettais de parler au nom des expatriés en Chine”?????

  3. Commentaire par Jean Lespinasse :

    Tout à fait d’accord avec toi quoique français de France en France…

    Le pire étant que le résultat de tout cela sera sans doute que les européens subiront le libéralisme à peine bridé et aucune structure de représentation politique efficace pour se faire entendre. Voir l’éditorial de Serge July dans Libération aujourd’hui mardi.

  4. Commentaire par Cecile Berger :

    entierement d’accord! ma déception etait grande aussi.. à force de penser uniquement à notre pas de porte, on va le payer cher…Les chinois ont déjà changé d’avis, au lendemain de notre ridicule “non”. ça en dit long…

Laisser un commentaire