C’est la rentrée… mais il y a encore de l’espoir !

12 septembre 2005

C’est la rentrée !
Après un an à ne faire que du Chinois, j’attendais ce moment avec impatience. Enfin je vais pouvoir reprendre les cours techniques. Bon certes ce sera en Chinois, ce ne sera pas facile mais j’ai vraiment trop hâte de revenir à mon domaine de prédilection.
Attention Céline, point trop de précipitation, faudrait pas croire que la rentrée à Jiaoda (SJTU) ce soit aussi facile que ça…

Tout d’abord, signe annonciatieur de rentrée : alors que les drapeaux (ou chiffons) colorés battent au vent sur le campus au rythme des valises des élèves qui viennent trouver ou retrouver leur chambre universitaire, à l’extérieur du campus c’est le vendeur de vélos en particulier qui fait le plein.

Les nouveaux élèves se pressent autour des cargaisons de vélos tout neufs qui occupent non seulement la devanture du vendeur, mais aussi tout le coin de la rue qui, comme de par hasard, fait juste face à l’entrée du campus…
Bien sûr, le marchand de vélos s’est vite fait rejoindre par le vendeur de lampes et multiprises.

Tous sont tellement affairés qu’ils en “oublient” de ramasser les papiers d’emballage qui s’amoncellent au milieu des pavés utilisés pour la rénovation du trottoir, pas facile de se frayer un chemin dans le grouillement général…

Mais pour nous, la rentrée, elle se prépare depuis déjà une bonne semaine.
Nous étions toutes contentes quand, dès le premier dimanche suivant notre retour, notre cher professeur GU du département international nous a donné par téléphone les noms de nos 2 professeurs supervisor qui seront chargés cette année de nous suivre notamment dans le choix de nos cours. Mais la joie fut de courte durée. De très courte durée.

Certes nous avions les noms de nos supervisors, et notre mission était de les contacter pour qu’ils nous aident à choisir nos cours. Sauf que, nous n’avions que les noms en pinyin en non pas en caractères chinois.
A moi donc les joies des recherches avec l’ami Google pour débusquer le bon professeur Yang S. de SJTU qui, fort heureusement pour moi, a publié un papier mentionné sur Internet et sur lequel figure son adresse email.

Ni une ni deux, me voici à envoyer, avec mon plus beau chinois, un mail de présentation de mon petit cas à mon futur guide dans les méandres de l’administration de Jiaoda.

Le lendemain matin, une réponse m’attends déjà. Nous sommes lundi 5 septembre, et je vais pouvoir rencontrer mon supervisor dès ce matin pour en savoir plus.

Entre temps, Marieke avait dégotté sur Internet le site du département d’Electrical Engineering avec la page comportant les noms de chaque professeur, en caractères chinois cette fois. Une simple correspondance sur les emails, et j’obtenais les coordonnées complètes de mon supervisor. On avance, on avance !

C’est une chose qui peut être utile à savoir : ici tous les départements ont chacun leur site en http://[nom-du-département].sjtu.edu.cn. Autant vous dire que nous n’avons pas mis longtemps avant de trouver celui du département de Sécurité de l’Information auquel nous “appartenons”, un sous-département de l’Electrical Engineering.

Justement, celui-ci présente une liste de cours pour les élèves en master (les shuoshi yanjiusheng) du département. J’ai juste le temps de parcourir cette liste encore un peu obscure…

… que déjà je dois partir pour retrouver mon supervisor. Avant cela j’ai repéré grosso modo dans quelle partie du campus se trouvait le bâtiment. Donc grosso modo, c’était… loin. Il faut dire qu’entre mon départ et mon retour de vacances, la taille du campus a doublée, et mon supervisor me donne rendez-vous ni plus ni moins que dans la partie du campus la plus éloignée, où je n’avais encore jamais mis les pieds.
Donc hop, je prends le parti de m’acheter un vélo, et en route à l’aventure !

Le temps de demander à 2 étudiants de passage où se trouve le bâtiment 1 du département, et me voilà… à poireauter… Coup de fil au supervisor qui m’a gentiment laissé son numéro de portable. Ah il arrive !
20 bonnes minutes plus tard, après un accueil des plus sympathiques, avec même petite présentation auprès des étudiants présents, je vais vite déchanter.
J’ai beau expliquer mon cas à ce professeur jovial qui a toute la meilleure volonté du monde, il ne comprend pas d’où je viens, ne connaît pas de professeur GU censé l’avoir appelé 2 mois plus tôt pour l’avertir de ma venue.
Pire, quand il appelle le bureau du département, il m’annonce que je n’existe pas pour eux, ni mon nom ni celui de Marieke ne figurent quelque part, à aucun moment n’est fait mention d’étudiants français dans le département.

Moment de solitude… Moment de solitude…

Nous faisons alors tout pour contacter les 2 ou 3 personnes que je connais au département international que mon supervisor semble découvrir (de mieux en mieux), mais loi de l’emmerdement maximal oblige, personne n’est là pour nous répondre.
Finalement je le quitte en promettant de contacter les bonnes personnes à la School of International Education (département international qui s’était chargé de nous lors de notre année de chinois).

Bien sûr, une fois rentrée et la déconvenue racontée à Marieke, plus qu’une idée en tête, ça va remuer dans les brancards ! Télécom Paris, le Paris Tech, professeur Gu, en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire par mail, tout le monde est mis au courant de la situation qui nous accable…
Dans la journée même, nous avons alors senti un regain d’intérêt envers nos petites personnes. Bien sûr côté français on nous a très vite répondu, mais plus étonnant, vers 19 heures Gu m’appelle sur mon portable pour me dire qu’il s’occupe de tout, puis à 20 heures c’est mon supervisor qui m’appelle.

Au final je ne suis pas plus avancée sur ce qu’on me demande pour cette année, mais j’ai pour objectif d’envoyer un nouvel email à mon supervisor lui précisant mon parcours jusqu’ici (histoire qu’il cadre le personnage) et les cours que je souhaiterais suivre, afin qu’il puisse m’aider à choisir en vue de mon inscription aux-dits cours le dimanche suivant.

On avance, on avance !

S’en ai suivi une période d’intense errance sur le net, à la recherche de cours qui à la fois m’intéresseraient et seraient effectivement programmés.

Repartant des listings imbuvables de cours du département, j’arrive tant bien que mal à obtenir la traduction de l’intitulé des cours grâce aux liens proposés menant vers…


http://www.gschool.sjtu.edu.cn/new/student/tplan/frame1.asp?sub=[code-cours]

… le descriptif du cours, qui la plupart du temps offre cette traduction.
Par contre pour l’abstract en anglais, il faudra repasser…

Pour les autres, il faudra se contenter d’un bon dictionnaire en ligne.

Tous les cours en fait sont référencés par un code, et il suffit d’aller à l’URL indiqué à gauche pour obtenir le descriptif du cours.

Ensuite la question est : mais ces cours sont-ils vraiment ouverts ?

Grâce à l’expérience de Maxime qui était passé par les mêmes étapes l’an dernier, je savais que lire le nom d’un cours marqué pour le semestre d’automne ne signifie pas pour autant que celui-ci est effectivement programmé.

Du coup, il faut aller sur un autre lien, remplir un formulaire avec le département, le niveau de l’étudiant et le campus, et on obtient cette fois les cours effectivement programmés, à quelles semaines, où et quand, et même le nom du prof !

On apprend alors beaucoup.
Que chaque département à un code identifiant à 3 chiffres, que certains départements ne proposent pas de cours ou que le vôtre en propose en tout et pour tout 5 sur un semestre. On découvre aussi des cours dont il n’était pas question sur la liste des cours proposés auparavant mais qui semblent pourtant proches du domaine.
Alors on se pose des questions, on doit rechercher des traductions, et il faut arriver à faire un emploi du temps qui se tient avec tout ça… bref on y passe un temps fou, sans pour autant être sûr que ce qu’on fait sert bien à quelque chose…

D’ailleurs justement, quand j’en ai eu fini de démêler les fils anglo-chinois et de rapporter le tout, calmement, à mon supervisor, je n’ai eu pour toute réponse qu’un autre appel de sa part sur mon portable dans la soirée du vendredi : il ne sera pas disponible avant 10 jours, il faut que j’aille m’inscrire aux cours dimanche 11 septembre, et j’en parlerai avec un autre prof si j’ai des questions, ah et puis, oui, il a bien reçu mon mail mais de toute façon pas la peine d’espérer le moindre cours en anglais.

…2ème moment de solitude…

Arrive dimanche 11 septembre.
AAAH, je vais enfin pouvoir m’inscrire dans des cours. Bon je sais pas encore combien, je sais pas encore lesquels parce que je doute fortement de l’authenticité des informations en ligne, mais finalement avec Marieke, nous nous motivons à bloc pour affronter ce dont nous avions eu un avant-goût l’an dernier, CA :

Tout ça pour au final retrouver professeur GU (encore lui…) qui nous dit que, vu que nous ne sommes pas là pour obtenir le diplôme, nos noms ne figurent nulle part, donc ça ne sert à rien de vouloir s’enregistrer, il n’y a rien à enregistrer.
“Demain, demain il faudra aller au bureau de votre département, au bâtiment 9″. Pour ceux qui suivent, c’est juste à côté de notre résidence étudiant au numéro 8… nous qui avions toujours cru que le bâtiment décrépi à côté était un autre dortoir, nous découvrons médusées qu’il s’agit de notre département.

…3ème moment de solitude…

Puis moment d’énervement… un peu quand même. Marre des dimanche matins à se lever à pas d’heure pour rien, marre de se faire trimballer du bureau A au bureau B avec des sourires qui ne vous avancent à rien, marre de devoir à chaque fois expliquer qui nous sommes, d’où on vient et pourquoi on n’est pas comme les autres. NOUS, ON VEUT DES COURS.
C’est quand même simple.

Mais bon, on avance, on avance.
On ne sait pas trop où, mais on avance.

Nous voilà donc ce matin. La nuit nous a remotivées.
Nous voici prêtes à affronter le verdict du bureau 101, bâtiment 9.
Entre temps, alors que nous étions au comble du désespoir en constatant la fermeture définitive de notre chère 'DVD place' (remplacée par un autre coiffeur au titre de la lutte contre le piratage, pfff) nous avons réussi à nous en procurer grâce à Danjie et ses bonnes adresses sur Xujiahui, et le typhon Khanun est passé (nous avons d’ailleurs évité la saucée de justesse) et nous y avons survécu, plus d’eau et de vent que de mal.

Alors comment ne pas reprendre espoir avec tout ça ?

Ce matin, la dernière épreuve consistait à franchir la rivière nouvellement formée pendant la nuit et à nous rendre gaiement vers le bâtiment 9.

Le bâtiment est un peu glauque, mais pas de doute, la traditionnelle plaque dorée l’indique, ici se tient le bureau le plus isolé du monde, celui du département de Sécurité de l’Information de Jiaoda.

Après l’attente et le blabla de présentation que nous connaissons maintenant par coeur, enfin notre sauveuse apparut sous les traits de Mme PENG, qui nous a remis à Marieke et moi, les fameux biaoke, comportant :

- la liste des cours du département

- et leurs programmations

Bon en fait, ça c’est celui du département d’électronique, parce qu’il nous a fallu faire la même démarche pour chacun des départements qui proposent des cours que nous souhaitons suivre.
Bref, une journée à se balader dans tout le campus, qu'il est grand le campus et que personne ne sait comment il est foutu…
Mais en fin de compte, nous y sommes arrivées, ce soir chacune de nous a pu faire son propre emploi du temps avec des informations un peu plus fiables que celle du net, même si pas tellement plus précises quant aux contenu des cours.

Maintenant, il ne nous restera plus qu’à expliquer à tous nos professeurs pourquoi nous venons à leur cours et comment ils doivent faire remonter nos notes à l’administration. Encore quelques moments de solitude en perspective, mais on tient le bon bout, enfin ! Merci d’ailleurs à Sébastien, notre grand pionnier, qui nous a rassurées : Ca se passe comme ça, à JiaoDa !

Comme quoi, c’est la rentrée… mais il y a de l’espoir ;)

Premier cours mercredi ??? (promis si je vous en parle l’article sera moins long :| )

Tags: , ,

Sur le même sujet...

6 commentaires pour “C’est la rentrée… mais il y a encore de l’espoir !”

  1. Commentaire par Adeline au Québec :

    Merci pour ce long article !!
    Continues de nous faire de longs articles ;-) grâce auxquels nous te suivons pas à pas dans les méandres de l’admnistration chinoise et dans ton demesuré campus. ;-)

    Bonne rentrée à toi, la mienne se fait aussi mercredi ! :-)

  2. Commentaire par Pinky :

    Courage!! F
    Finalement les Briques de l’ENST, ce n’est rien à côté de l’administration chinoise ;)
    On pense à toi et Marieke !!

  3. Commentaire par diddle :

    Moi qui râlais contre l’organisation parfois galère des facs ici … je crois que je n’ai pas à me plaindre !
    Bon courage pour la suite

  4. Commentaire par My :

    Ah ben ça promet pour l’année à venir ! Gardez le sourire :]

  5. Commentaire par Caroline :

    Quelle détermination !
    Un jour tu riras en repensant à ça… :]
    On attend la suite !
    A+

  6. Commentaire par Céline :

    @Caroline: Je viens de relire cet article.. et j’en souris ;)

Laisser un commentaire