Shanghai Baby

15 septembre 2005

Shanghai Baby
roman
(1999)

auteur :
Weihui

lu en :
français

je l’ai trouvé :
à la Fnac, en France. J’en avais entendu parler, et l’ai donc emporté dans mon stock de livres à ramener de France en Chine.
Prix : 7,13 €

Un petit mot sur l’auteur : Weihui

Zhou Weihui est née en 1973 à Shanghai. Diplômée de littérature de l’Université de Fudan à Shanghai, elle publie, à 27 ans à peine, Shanghai Baby qui lui vaudra les foudres du gouvernement chinois.
Faisant partie, avec Mian Mian auteur de Les bonbons chinois, de la génération des Belles Femmes Ecrivains (les Meinu Zoujia) qui ”n’hésite pas à aborder avec une grande liberté les sujets jadis tabous, notamment la sexualité”, elle vit aujourd’hui aux Etats-Unis.

Shanghai Baby, c’est le portrait ”semi-autobiographique” de Weihui qui se dessine sous les traits de Ni Ke, alias Coco en référence à son idole Coco Chanel, avec Henry Miler et Marguerite Duras.

Ce roman nous plonge dans le Shanghai des années 90, le Shanghai branché, le Shanghai de la “grisaille brumeuse, des rumeurs opressantes”, “Shanghai et le goût de ses nuits scintillantes”. J’y ai retrouvé nombre de références aux lieux que j’ai pu visiter et fréquenter dans la cité, un moyen de suivre les pas, les émotions de la romancière qui nous livre ”ses rencontres, ses questions, et par-dessus tout son désir de faire entendre sa voix, la lumière de son regard clair et franc sur le monde”.

Tiraillée entre son amour profond pour Tiantian, peintre fragile et impuissant, et sa passion physique pour Mark, l’amant allemand, elle ne peut s’empêcher comme elle le dit elle-même “de cacher les frissons, les douleurs et les passions qui [la] parcourent des pieds à la tête.”

Elle parle ainsi librement de l’univers déjanté dans lequel elle évolue, entre drogue et sexualité, sans pudeur et parfois même très crue, ce qui lui a valu d’être absolument censurée en Chine, “interdit, saisi et pilonné [...] comme au bon vieux temps de la Révolution Culturelle, bouscule hardiment les tabous et souffle un vent nouveau et provocateur sur la Chine”.

Voir aussi : sur Lire.fr, et Amazon.fr

Revenir à la bibliothèque

Tags: ,

Sur le même sujet...

2 commentaires pour “Shanghai Baby”

  1. Commentaire par Peggy :

    Lis alors sa suite Marrying Buddha (malheureusement pas encore traduit en francais). Tout aussi bien mais moins provocateur. Bonne lecture !

  2. Commentaire par Johannes :

    Aah, this explains why there are so many Chinese “Shanghai Baby”s in Skype and ICQ!

Laisser un commentaire