Le Voyage de Shanghai

31 juillet 2011

Le Voyage De ShanghaiLe Voyage de Shanghai
(2005)

auteur : Serge Bramly

lu en : français, poche (337 pages)

je l’ai trouvé :
J’en avais entendu parlé sur Internet, l’avais noté dans un coin de ma tête… puis oublié. Jusqu’à ce que je tombe dessus à la librairie de l’Alliance Française à Shanghai, l’Arbre du Voyageur, où j’allais pour la première fois avec Chloé.

Un petit mot sur l’auteur : Serge Bramly

Né en 1949 à Tunis, grand voyageur, Serge Bramly est l’auteur de romans érudits qui tournent autour du thème de l’irréalité et de la mystification, comme l’Itinéraire du Fou ou La Danse du Loup. Il a également publié de nombreux essais.

 
Le Voyage de Shanghai est le carnet de route de Serge Bramly à sa découverte de Shanghai en 2004. Il devait y rester quelques semaines, il y vécut près d’un an, et retourna plus de dix fois en Chine après cela.  Cet essai aurait pu être un blog : enchaînement chronologique de courts chapitres qui mettent en parallèle les situations que rencontre l’auteur et ses réflexions et études de la Chine et de Shanghai.  Les bonnes guanxi  de Serge Bramly le mène de portrait en portrait de ces shanghaiens d’aujourd’hui, de l’influent M. Bao qui l’introduit dans le tout Shanghai, à l’attachante vendeuse de cigarettes de Maoming Nan Lu, témoin des soubresauts de l’histoire. Ces portraits se mêlent aux évocations des missionnaires comme Matteo Ricci, qui en leur temps firent, eux aussi, la découverte de la Chine ; et aux impressions laissées par la tumultueuse métropole sur l’auteur en balade, en errance.

 
Quand à la même époque, je m’essayais à la tâche de retranscrire mes pérégrinations à Shanghai et en Chine sur ce blog, Serge Bramly le fit sur papier. Nous aurions pu nous rencontrer, mais je ne le découvre finalement que des années après. J’ai été touchée par ce livre : après tout ce temps passé en Chine, il m’a replongée dans mes premiers pas à Shanghai grâce la justesse de ces descriptions des scènes de la vie shanghaienne, de ces portraits que j’ai cru reconnaître. Ma curiosité fut également piquée par les anecdotes historiques (il faut décidément que je lise l’Histoire de Shanghai de Marie-Claire Bergère) et mon envie de battre les rue de Shanghai ravivée : au fil de ma lecture, je n’ai cessé de corner les pages des passages qui m’ont inspirée, de détails que j’aimerais illustrer, d’impressions que je voudrais revivre.

 
Je me suis ainsi mise en tête le projet de redécouvrir Shanghai sur les traces de Serge Bramly. Reprendre ces passages qui ont eu une vraie résonance, et les retranscrire ici, dans ce blog.  Je n’avais pas forcément les mots, le bon angle, la maturité ou le recul suffisants quand je suis passée par là la première fois, je voudrais faire une sorte de pèlerinage de mes pas à Shanghai, avec l’aide de la plume de Serge Bramly.

 
Moments choisis qui guideront mes pas :

  • “Aujourd’hui le Shanghaien réclame tous les zi, sur le champ : piaozi, l’argent, fang zi, l’appartement, che zi, la voiture, sans parler de qi zi, l’épouse, et hai zi, les enfants, à commencer par er zi, le fils…”
  • “Depuis plus d’un siècle [...], pour la Chine, bien ou mal, tout débute à Shanghai. Shanghai, la Tête du Dragon.”
  • “Quand elle ne s’en sert pas, Luyan joue avec l’appareil, qu’elle ne lâche pas une seconde durant notre déjeuner ; une seule main suffit après tout pour manier les baguettes. La sonnerie retentit : ses ancêtres n’eussent pas répondu avec plus d’empressement à un édit impérial. Et c’est la même chose à chaque table. Descartes, en Chine : - Ça sonne, donc je suis.”
  • “Et c’est ce que l’on sent aujourd’hui, à Shanghai : un parfum de reviviscence ; chacun veut sa part de soleil, sachant d’expérience ce que durent les beaux jours.”

 
En quelques mots : une lecture à recommander pour aborder Shanghai avec d’autres yeux que ceux d’un guide touristique, ou revivre sa découverte avec un brin de nostalgie.
 

Revenir à la bibliothèque

 

Tags: , ,

Sur le même sujet...

Laisser un commentaire