Fête de la Mi-Automne, entre lune, gâteaux, amis et légendes

19 septembre 2005

Ce week-end, c’était la Fête de la Mi-Automne en Chine, et, à notre manière, nous aussi nous l’avons célébrée !

Danjie et moi, pose au claire du pleine lune, après le basketEt oui, alors qu’en France on ne se dit vraiment en automne que fin septembre, ici en Chine mi-septembre voit déjà annoncée la mi-automne. Il faut dire que les Chinois fêtent le printemps fin janvier - début février, ouh les tricheurs ;)

En fait, techniquement parlant, tout ça est lié au calendrier lunaire qui rythme les rites traditionnels de la Chine. Ainsi, la Fête de la Mi-Automne doit systématiquement être célébrée une nuit de pleine lune, le 15ème jour du 8ème mois lunaire. Car, selon les ancêtres chinois, l’automne s’étendrait sur les 7ème, 8ème et 9ème mois lunaires. Logique, non ?

Bref, cette année, le jour tant attendu tombait hier, le 18 septembre. Mais, paraîtrait-il que le meilleur jour pour admirer la lune, c’est la veille. Voilà pourquoi, Marieke, son amie Danjie et moi avons fait en sorte de nous retrouver ce jour-là pour passer ensemble ce jour de fête, qui bien sûr, pour nous, a commencé par un basket !

Car le Zhong Qiu Jie 中秋节 (Fête de la Mi-Automne) se doit d’être fêté en famille, ou à défaut entre amis.
Depuis plus de 2000 ans, les festivités s’organisent autour de l’astre du Yin, au point que les célébrations prennent également le nom de Fête de la Lune.

“En automne le ciel est clair et la lune particulièrement brillante”
dicton chinois

La lune est depuis longtemps la grande vedette de cette fête que l’on nomme également fête de la lune. Dans de nombreuses régions chinoises on considère l’automne comme la plus belle saison, plutôt sèche et tempérée, et la lune de la mi-automne est réputée être la plus belle («秋高氣爽» «月到中秋分外明»). C’est donc autour d’elle que sont organisées les activités festives, appelées traditionnellement shang yue 賞月 (contemplation de la lune) et zou yue 走月 (promenade sous la lune), qui se concrétisent par un pique-nique nocturne très populaire. Dans les zones urbaines, les parcs et les cours des écoles restent ouverts à cet effet, et certains n’hésitent pas à s’installer sur le trottoir avec leur matériel de barbecue.

source : fr.wikipedia.org
 

A l’époque, cette période de l’année représentait surtout la moisson pour les cultivateurs. Alors certes on contemplait la fascinante pleine lune, mais on n’oubliait pas de se réjouir des bonnes récoltes en savourant les offrandes religieuses.

De nos jours, les offrandes religieuses se sont transformées en Yuebing 月饼 (gâteau de lune) qui envahissent littéralement les rayons des magasins. Ces gâteaux,  dont la forme ronde n’aura pas manqué de vous rappeler celle de la lune, sont en effet traditionnellement dégustés à cette unique période de l’année. Il n’est pas rare de voir des Chinois repartir avec un chariot complet de boîtes de ces gâteaux qu’on n’oubliera pas d’offrir à la famille, aux amis comme aux collègues.

Danjie, moi, Marieke, prêtes à croquer dans nos yuebing !
 

Yuebing fourré à quoi ?Traditionnellement il est fourré d’une pâte sucrée de haricot ou de datte, et contient même parfois un jaune d’oeuf, le “yok”, censé, encore une fois de rappeler la lune. Personnellement je ne suis pas fan, c’est un peu étouffe-chrétien dans le genre… Au moins, comme sur certains yuebing on peut lire sur le gâteau le contenu écrit en caractères chinois, il est possible d’éviter le pire ;)

Yuebing - MooncakePetite anecdote relative à ces fameux gâteaux chinois :
On raconte que l’annonce de la révolte des Chinois Han contre les Mongoles Yuan a pu être transmis via ces pâtisseries qu’on aurait fourrées de messages au lieu des pâtes traditionnelles.
 

Et d’ailleurs beaucoup d’autres légendes tournent autour de la Fête de la Lune.
Pas étonnant que les enfants d’avant aient profité de cette occasion pour passer la nuit dans la cour des demeures familiales à se les entendre conter.  La plus célèbre d’entre elles proviendrait de la tradition taoïste et plus loin  encore de la mythologie chinoise. C’est justement celle que Danjie nous a racontée samedi dernier:

Il y a bien longtemps, une sécheresse horrible frappait la Terre. Sous l’effet de la chaleur caniculaire de dix soleils suspendus dans le ciel, les arbres et les herbes étaient desséchés, les sols craquelés, et les rivières taries. Beaucoup de gens étaient morts de faim et de soif.
Le Roi Céleste a dépêché Hou Yi au secours des sinistrés. Ce dernier a descendu neuf soleils à l’aide de son arc rouge et des flèches blanches. Aussitôt après, le climat s’est rafraîchi. Les pluies battantes ont rempli de nouveau les rivières et fait revivre les arbres et les herbes. Tout est revenu à la normale.

Un jour, une jeune fille du nom de Chang’er prenait le chemin de retour, une jarre à la main, lorsqu’elle a rencontré Hou Yi qui lui a demandé un peu d’eau potable. A la vue de ses armes, elle a reconnu que le garçon était le sauveur du monde. Ayant satisfait sa demande, elle a cueilli un bouquet de fleurs qu’elle lui a offert en signe de respect. Le “chasseur du soleil” lui a donné en contrepartie une fourrure de renard argenté.

Etant tombés amoureux lors de cette rencontre, ils se sont mariés peu après. Comme ils étaient mortels, Hou Yi a décidé, en vue d’éterniser leur vie d’amour, de chercher le philtre de longue vie. Il s’est rendu aux Monts Kunlun où résidait la Deesse Mère de la Reine de l’Ouest. Touchée par sa fidélité à l’amour, la Grande Mère lui a remis la remède à base de fruit de l’arbre de longévite, en lui disant :

“Le breuvage doit être partagé par le couple s’il veut vivre longtemps ensemble. Dans le cas où l’un des conjoints l’avale tout seul, il (elle) monterait en vol à la lune, où il (elle) vivra à jamais en tant qu’immortel.”

Après son retour, l’archer confia ce conseil à sa femme, décidant de boire l’élixir ensemble le quinzième jour du huitième mois lunaire, lorsque la pleine lune apparaît.
Un garçon méchant, nommé Feng Meng, a entendu en cachette leur conversation. Il voulait vivre immortel avec Chang’er, au détriment de Hou Yi. L’occasion se présentait enfin. Un jour, il assassina Hou quand ce dernier rentrait de la chasse. Le meurtrier força la femme de Hou à céder le philtre. A la nouvelle de la mort de son mari, la veuve pleura à chaudes larmes et avala le philtre toute seule.
Sous l’effet du breuvage magique, elle decolla et vola vers la lune sur le champ.

Ayant aluni, Chang’er decida de vivre sur la lune, le corp céleste le plus proche de la Terre. Elle y menait une vie sobre et calme. Immortelle, elle pensait pourtant au monde des mortels, sans jamais oublier son amour pour son mari et les gens qui avaient partagé le heur et le malheur avec elle.

source : Le Quotidien du Peuple en ligne
 

Voilà pourquoi, nous fit une fois encore remarquer Danjie, on trouve souvent sur les boîtes de yuebing non seulement une belle lune mais aussi un visage féminin de ces chinoises d’autrefois, en référence à Chang’er ;)

Boîte de yuebing avec le personnage Chang'er
 

Encore beaucoup d’anecdotes, de légendes et de traditions autour de cette Fête de la Mi-Automne, pour en savoir plus n’hésitez pas à aller faire un tour sur les liens mentionnés plus haut, mais si vous en avez assez, servez-vous !
Un yuebing, un DVD, un gâteau au chocolat, rien de mieux pour passer une bonne soirée :)
Plein de Yuebing ! Servez-vous !

Tags: , ,

Sur le même sujet...

Un commentaire pour “Fête de la Mi-Automne, entre lune, gâteaux, amis et légendes”

  1. Commentaire par Jean Lespinasse :

    Merci à Danjie… et au Quotidien du Peuple pour l’histoire de Chang’er.

    :-)

Laisser un commentaire