Lissage forcé

17 juin 2007

Un article très révélateur trouvé aujourd’hui sur le site du Monde : comment Pékin prépare sa population locale à accueillir les Jeux Olympiques ?

Pékin apprend les bonnes manières

Les Jeux olympiques (JO) de 2008 représentent pour la Chine un considérable motif de fierté nationale[...]
“Sauver la face” est crucial en Asie, où chacun passe, dit-on, son temps à essayer de ne pas la perdre. Les autorités de Pékin s’attachent donc à soigner leur réputation. Il s’agit d’être digne devant les foules d’étrangers qui débarqueront, en août 2008, dans la capitale pour les XXIXes Olympiades.[...]

La priorité est de convaincre les Pékinois de bien se conduire, sous-entendu de se comporter de manière plus disciplinée. Les Beijinren (Pékinois) ont en effet une propension marquée à se bousculer sans vergogne pour grimper dans les bus bondés, à injurier l’adversaire durant les compétitions sportives et à cracher à tout bout de champ sur les trottoirs. Des campagnes ont été lancées dans l’espoir d’en terminer avec de telles pratiques susceptibles de choquer les cohortes de “long nez” et autres diables étrangers qui déferleront sur Pékin à l’été 2008.

“VEUILLEZ NE PAS CRACHER”

Même si M. Shao estime que les Pékinois ne sont pas forcément les seuls à blâmer : “A Pékin, il y a en permanence une forte population de touristes qui ne sont pas conscients de la nécessité de bien se conduire.” Il ajoute, définitif, s’appuyant sur un sondage aussi mystérieux qu’improbable : “70 % des crachats sont émis par des provinciaux !” [...]

Une autre bataille s’est parallèlement déclenchée dans les bus et aux arrêts : les 11 de chaque mois ont été décrétés “jours de la file d’attente”. Ces jours-là - la date a été choisie parce que le chiffre 11 peut faire penser à deux personnes faisant la queue… -, des sortes de “policiers de la politesse” veillent dans les bus à ce que les passagers embarquent en bon ordre. Selon les chiffres officiels, il y aura bientôt 4 000 fonctionnaires, contrôleurs et surveillants, chargés d’imposer la politesse aux Pékinois dans les transports en commun.

GUERRE AUX “VENTRES NUS”

Dernière et ultime bataille, qui ne semble pas avoir été couronnée de succès, la guerre aux “ventres nus” des hommes se poursuit. Les messieurs ont en effet l’habitude à Pékin de dévoiler leur estomac en remontant leurs tricots de corps sur la poitrine quand la chaleur de l’été se fait par trop insupportable.[...] Parce que personne ou presque ne parle les langues étrangères dans la capitale chinoise, les policiers sont en train de recevoir, depuis sept ans, des cours de formation accélérée d’anglais.[...]L’objectif est pourtant que 60 % des effectifs parviennent à passer un examen d’anglais de premier niveau.[...]

Et d’apprendre des rudiments d’anglais : en cet après-midi surchauffé, une cinquantaine de chauffeurs [de taxi] en uniforme bleu sont réunis dans une salle où officie l’un des leurs, improvisé professeur d’anglais. Tout le monde répète en choeur dans une ambiance plutôt dissipée : “Airport ! Madam ! Sir ! How are you ? Good Morning ! Thank you !”

Le “maître”, qui nous a accueillis en affirmant qu’il était “very happy to meet you”, s’esclaffe en s’efforçant de prononcer les mots. Là non plus, la bataille n’est pas près d’être gagnée.

16/06/2007 - LeMonde.fr
Lire l’article

A noter que ce qui y est expliqué pour Pékin vaut en fait pour toute la Chine (au moins pour tout ce que j’en ai vu), ce qui fait donc doucement sourire quand les autorités chinoises s’étonnent que “70% des crachats viennent des provinciaux”, et oui, les citadins crachent peut-être moins, mais c’est quand même bien un sport national…

Petit florilège des us locaux qui peuvent surprendre, agacer, dégoutter, lasser et puis finalement paraître normal aux laowai (étrangers) comme nous :

- crachats intempestifs en public (”rshlshl-schlak”)

- bousculade (et parfois boxe) dans les transports en commun (et de manière générale, pour tous les services à file d’attente où il n’y a pas de répression contre les mauvais doubleurs)

- affichage de bidons chinois dans la ville : ils se plaignent à Pékin, venez donc voir à Canton ! (région méridionale de la Chine où il fait chaud 11 mois par an)

Moi j’ajouterais aussi à la liste :

- dévisageage insistant de laowai : pas méchant, juste curieux, comme si justement vous étiez une bête curieuse venue d’une autre planète, et souvent marqué de l’interjection “Laowai ! Laowai !”

- fouillage de narines sous vos yeux (et bon appétit bien sûr)

- braillage dans téléphone portable, plus on est de fous plus on rit !

- pipi / popo du bambin pour tous (véridique : j’ai vu une fois une maman tenir un sac plastique, fait pour contenir le riz, pour que son bébé fasse sa commission en plein supermarché) : et oui les couches culotte Pampers, ce n’est pas encore la grande mode. Les bébés se baladent le plus souvent avec un pantalon fendu à l’entre-jambe afin que ceux-ci puissent se soulager en n’importe quel endroit, à tout moment. Quand on voit où trainent les gamins, c’est sûrement “pratique”, mais pas top hygiénique …

- etc…

Après plusieurs années de vie en Chine, la seule “mauvaise habitude”, d’après nos critères d’éducation occidentale, qui vraiment m’exaspère au quotidien, c’est  la problématique de la file d’attente : dans l’un des derniers bastions du “communisme”, c’est quand même un symptôme flagrant du “chacun pour sa pomme” latent.

Alors les policiers et taxis chinois apprennent l’anglais, parce que bien sûr ils ne comptent pas sur vous pour parler chinois. Cependant si dans ce genre de situation vous voulez faire mouche, allez-y de votre “tching paille toui” (”Veuillez faire la queue”) pour remettre physiquement les gens à leur place dans la file d’attente.
De même si on vous montre du doigt avec un “Laowai ! Laowai !”, faites le miroir en clamant “tchong kuo jène ! tchong kuo jène” (”Chinois ! Chinois !”).

Dernière pensée qui me vient à la lecture de cet article : certes cela part d’un bon sentiment de la part de la municipalité de Pékin de vouloir apprendre les bonnes manières aux Pékinois. Mais bon,

1. faire cela pour les JO, à mon avis c’est peine perdue, le rapport travail / temps est trop réduit. Il y a beaucoup d’autres efforts à faire bien plus importants pour la grandeur de la Chine, et Amnesty International en parle mieux que moi

2. Hormis les pratiques qui pourraient conduire à une meilleure hygiène ou au respect d’autrui, je pense que finalement il ne s’agit encore une fois que de lisser davantage la Chine pour son rayonnement international, même peut-être uniquement pour une question de “garder la face” en regard d’un événement comme les JO. Mais à force de lissage, la Chine restera-t-elle la Chine ?

En fin de compte, voir ces messieurs jouer aux cartes entre amis autour d’une table avec le marcel remonté sur les épaules, ça fait bien partie de la découverte de la culture chinoise.

Bannière du site officiel des jeux (http://fr.beijing2008.cn/)
One World One Dream…. et faire en sorte que ça ne reste pas qu’un rêve.

Tags: , , ,

Sur le même sujet...

15 commentaires pour “Lissage forcé”

  1. Commentaire par Mike :

    Je n;en vois pas tant que ca cracher…ou alors j”y fais plus vraiment attention. Ca me choque pas specialement dans la rue, mais si c’est dans un resto, la ca va me degouter.
    Pas trop de bousculade non plus, sauf dans les endroits ou il y a foule, mais la c’est partout pareil, pas specialement en chine.
    Le fouillage de nez se pratique bcp en france aussi, au feux rouge, les gens ont l’impression d’etre invisible dans leurs bagnoles.
    Autant le telephone portable n’enervait en france, autant ici ca me derange bcp moins. En meme temps, je comprend pas ce qu’ils disent donc du coup je n’y fais pas attention ;)
    Quant aux momes avec leur pantalon fendu, c’est vrai que c’est tres special, les faire pisser a la vue de tout l’monde, ca me rend perplexe. A la limite cache dans un coin, derriere un arbre…je comprendrais…
    Enfin pour les couches c’est plus pratique et hygienique evidemment mais c’est hors de prix pour la plupart des chinois. Ca reste ici un produit de luxe malheureusement.

  2. Commentaire par Audrey :

    Je me souviendrai toujours du regard horrifié d’une amie quand un chinois a craché un bon glaviot bien bruyant bien jaunâtre dans le train, à ses pieds… surprenant ! heureusement, j’étais côté fenêtre ;-)

  3. Commentaire par isamu :

    Celine en Chine de retour, ça c’est de la news!

  4. Commentaire par Elodie :

    Pour les pantalons fendus des enfants (et pourquoi ils l’utilisent pas de couche) soit disant que ce n’est pas “hygiénique” pour les enfants: ça leur donne des boutons aux féfesses. :D

  5. Commentaire par My :

    et conduire au klaxon, c’est pas dans les interdictions ?

  6. Commentaire par Etienne de HEM :

    Merci Celine de reprendre ces chroniques .

  7. Commentaire par nacene :

    welcome back :o)

  8. Commentaire par chinois :

    j’imagine les têtes des touristes quand ils vont arriver ici! ca va les changer de ce qu’ils connaissent de la Chine dans les romans et magazines

  9. Commentaire par Zhongart :

    Et purtant la Chine, civilisation multimillénaire, viendra bientôt (dans 10, 15, 20 ans?) détroné le american way of life’s dream. Et il est vrai que la Chine a beaucoup à nous apporter. A moi déjà elle apporte inspiration: http://zhongart.com

  10. Commentaire par céline :

    hello céline, bravo pour ton blog qui m’a permis d’en savoir un peu plus sur la chine!

    je viens d’arriver à shanghai pour 6 mois de stage (après un an d’école de commerce) et lire ton blog me permet de savoir ce qu’il faut absolument faire ou voir à shanghai, c’est bien pratique!

    j’ai moi aussi fait un blog, pour montrer à ma famille et mes amis comment se passe ma vie là-bas, que j’ai dû renoncer à appeler “céline en chine” (je m’appelle aussi céline) à cause de toi!!! lol

    bonne chance à canton et encore merci pour toutes ces infos

  11. Commentaire par Zhealy :

    Coucou

    L’effet miroir, je connais: au Japon, pourtant bien plus ‘Occidentaliseé”, je me suis amusée à le faire!!!!

    De plus, comme tu le dis, il est impossible de supprimer des us et coutumes ancrées ainsi: pourquoi ne pas interndire au Japonais de manger bruyamment, aussi? Les chinois aussi font du bruit - sluuurrrrp- en mangeant?

    Je sais qu’au Japon, c’est une forme de politesse!

    Pour ma part, je suis contre, car je déteste cette mise-à-l’uniformité sur un modèle que l’on estime parfait…ce qui est à prouver.

    Et, comme tu le dis dans ta conclusion, tous ces “chocs” sont aussi important pour découvrir et vivre un pays, une culture!

    AU fait, je me suis mise au Chinois, avec mon logiciel pour l’oral (tell me More en chinois, très bon pour parler, s’écouter, réecouter, reparler et tenter d’attraper le bon accent et la bonne prononciation, pas si aisée) et mes cours sur Internet….c’est intéressant, d’autant plus que, maîtrisant les kanji japonais et le japonais je constate ressemblaces et différences, et comprends bien le sytème linguisitique!

    Mille Bisous

  12. Commentaire par zelda :

    tu preferes canton ou pekin ? …. je vais en chine la semaine prochaine pour la premiere fois , canton . c’est un chouilla flipan bien que j’habite le moyen orient depuis 9 ans .

    bonne journee et bonne continuation

    Zelda

  13. Commentaire par baby :

    c’est vrai que se balader ds la rue en voyant tout le monde cracher autour de toi ca fait pas super hygiénique :s

  14. Commentaire par Aichitan :

    Evidemment. votre commentaire sonne vrai, prace que vous vivez ce que vous décrivez. Et ce que vous décrivez est bien vu, bien entendu, et même bien senti !

    Je me souviens de l’odeur des crachoirs (inimitable) dans les hotels de la Chine du début des années 1980. Ca vous prenait les narines dès l’entrée.

    Je me souviens de la rudesse ou de l’indifférence de l’accueil. De tout accueil.

    Je me souviens d’une halte sur le trottoir de Nanjing Lu, début 1981. Nous étions 2 Laowai qui regardaient en l’air une affiche murale, encore très “Révo cu”, comme on disait alors. Observés par une petite dizaines de curieux, nous fûmes entourés en 3 minutes de 150 Badauds qui nous regardaient regarder, sans comprendre ce que nous observions…

    Je me souviens d’une arrivée à 4 heures du matin sur le parvis de la gare de Hangzhou, et de la foule qui attendait là, un train…plus tard, beaucoup plus tard…

    Je me souviens des travailleurs migrants qui vivaient devant la gare centrale de Canton.

    Je me souviens des changeurs à la sauvette qui murmuraient “change money, change money”…

    Je me souviens…mais j’arrête..une autre fois…

  15. Commentaire par marmota :

    bonjour celine
    je suis ton blog depuis que j ai fait des recherches pour mon voyage en chine.
    j ai bien aimé cette virée de 15 jours, mais res le bol des temples. si tu veuix n tu peux suivre mes vacances sur mon blog
    ? Tu dois te connecter sur Window live id
    j aimerai ton commentaire merci

Laisser un commentaire