L’ancien dirigeant chinois Zhao Ziyang est mort

17 janvier 2005

PEKIN (AP) - Il avait sympathisé avec les manifestants de Tiananmen et l’avait payé au prix fort. L’ancien chef du Parti communiste chinois (PCC) Zhao Ziyang, écarté du pouvoir après les manifestations pro-démocratie de 1989, est décédé lundi matin dans un hôpital de la capitale chinoise, a rapporté l’agence officielle Chine nouvelle.

L’ancien dirigeant, qui était âgé de 85 ans, avait été hospitalisé pour des douleurs à un poumon et se trouvait dans un coma profond. Il est mort à 7h01 locales (23h01 GMT) à l’hôpital de Pékin, selon le militant des droits de l’homme Frank Lu, qui a été le premier à annoncer son décès. [...]

Deux heures après l’heure annoncée du décès, Chine nouvelle a confirmé l’information dans une brève dépêche intitulée “Le camarade Zhao Ziyang est décédé”. [...]

Sous la direction de Zhao Ziyang, Premier ministre de 1980 à 1987, la Chine avait conduit des réformes économiques qui lui avaient apporté la prospérité et ouvert les portes du marché mondial.
Autrefois protégé de Deng Xiaoping, ce spécialiste de l’agriculture était tombé en disgrâce aux yeux du dirigeant chinois après les manifestations estudiantines en faveur de la démocratie en 1989, deux ans après avoir été nommé secrétaire général du PCC. Accusé de “diviser le parti” pour avoir sympathisé avec le mouvement, il avait été victime des purges de l’après-”Printemps de Pékin” et vivait depuis plus de 15 ans en résidence surveillée. [...]

Né en 1919 dans la province du Henan et entré au PCC en 1938, Zhao Ziyang croyait fermement à la toute-puissance du parti, même s’il avait du socialisme une définition assez différente de celle officiellement donnée par le régime chinois.
“Bien sûr nous devons poursuivre sur la voie socialiste. Mais qu’est-ce que le socialisme?”, déclarait-il ainsi en 1979. “La marque du socialisme est la propriété collective des moyens de production et le principe du socialisme est ‘à chacun en fonction de son travail’”. [...]

Sa dernière apparition publique remonte au 19 mai 1989, soit une journée avant que la loi martiale ne soit déclarée à Pékin. Il avait alors rendu visite aux grévistes de la faim sur la place Tiananmen et leur avait présenté ses excuses. “J’arrive trop tard”, leur avait-il dit.

AP

Yahoo! Actualités - 17/01/05, 04h26
voir article complet

Tags: ,

Sur le même sujet...

Laisser un commentaire