Course au chinois

4 novembre 2005

Attrait d’opportunités qui ne se font plus assez nombreuses dans les pays de langues latines ou anglo-saxonnes ? Quand le monde se met à apprendre le chinois, par tous les moyens et le plus tôt possible.

Ce matin, j’ai été contactée sur Skype par un inconnu, avec le message suivant :

I’m french and i’m 40 years old. I wish to initiate me for chenese. I like this country and people. If you want, we can speak by webcam, write in english (or french of course) for the first contact. I want to know these people, country, culture, sport, …I sure the first contact it’ll very difficult, but we must to begin a day. No hesit to contact with me, we learn gradually language, french for you and chinese for me. I hope to speak with you quickly. Bye

Première chose :
Cette personne devrait commencer par revoir son anglais, c’est quand même encore aujourd’hui, plus utile que le chinois.

Deuxième chose :
Des cours de français ? Bon le mien n’est peut-être pas parfait parfait, mais ça devrait aller, je saurai me débrouiller, merci :]

Troisième chose :
Je trouve cette initiative vraiment étonnante, et pourtant révélatrice finalement de ce qui se passe en ce moment autour de l’apprentissage du chinois dans le monde.

D’abord étonnante parce qu’il ne me viendrait pas à l’idée de pratiquer un échange linguistique via téléphonie sur IP (Skype par exemple), surtout entre 2 pays aussi éloignés que la France et la Chine, pour lesquels les communications sont loin d’atteindre le niveau de qualité Hi-Fi. Pour un occidental, la langue chinoise est quand même suffisamment subtile dans sa prononciation, tant au niveau des phonèmes que des tons, pour que son apprentissage via Skype soit des plus ardus, et des plus cocaces…

Et révélatrice ensuite, tant d’ci j’ai l’impression depuis récemment que l’apprentissage du chinois est devenu l’objet d’une véritable course. J’ai encore reçu hier un commentaire d’une personne me disant qu’elle s’était mise à apprendre le chinois en ligne.
Vous me direz, c’est vrai qu’il vaut mieux se dépêcher, ce n’est pas une langue qui s’apprend du jour au lendemain quand on a uniquement été bercé par des langues latines ou anglo-saxonnes.

Un engouement qui se manifeste dans le monde entier, comme le souligne cet article de CRI online repris par Objectif Chine. Partout on apprend de plus en plus le chinois, d’abord dans les pays voisins de la Chine, mais aussi en Europe qui a vu récemment l’ouverture d’un grand nombre d’Instituts Confucius dédiés à cet apprentissage, ainsi qu’aux Etats-Unis où “près de 30% des universités américaines ont ouvert des cours de chinois” mais où surtout on s’efforce de “généraliser l’apprentissage du chinois aux écoles primaires et secondaires”.

Voilà qui me rappelle l’initiative de Christine, française expatriée aux Etats-Unis, qui m’avait contactée sur ce blog en avril dernier. Son désir : que sa petite fille de 3 ans apprenne le chinois.
Ca peut sembler précoce d’apprendre à parler chinois pour une petite française de 3 ans vivant aux USA, mais visiblement il n’a pas été trop dur de trouver une structure adéquate, et, à lire le blog de Christine, les progrès viennent naturellement.

Mais apparemment trouver une structure d’accueil pour apprendre le chinois n’est pas aussi facile pour tous. Celles-ci sont littéralement prises d’assaut. J’avance ainsi le cas de ma cousine Sandrine qui ayant voulu prendre des cours de chinois durant ces loisirs, s’est vu refuser l’entrée des cours : COMPLET !

Heureusement pour les plus motivés, il est possible de commencer à apprendre de son côté. J’ai entendu parler des bienfaits de la méthode ASSIMIL par Laurent qui prépare sa venue en Chine pour février prochain. En France, mes cours de chinois s’appuyaient sur la méthode Bellassen que je trouvais pas mal. Les volumes C’est du Chinois ! de Monique Hoa sont également très complets.

Sans compter bien sûr sur les nombreuses ressources en ligne, parmi lesquelles Lechinois.com, Zhongwen.com, Chine-nouvelle.com, et même, pour un apprentissage plus ludique BetterChinese.com recommandé par Christine.

Il ne faudra pas oublier la pratique de la langue parlée, pour cela, je conseille quand même bien plus l’échange en face à face, plutôt qu’en webcam à webcam…

Tags: ,

Sur le même sujet...

6 commentaires pour “Course au chinois”

  1. Commentaire par Christine :

    Je pratique l’échange de fichiers son avec des chinois qui apprennent le français. On travaille à partir de textes proposés par eux en français. Je les lis et je leur envoi le fichiers.
    Ca marche super.
    En plus chacun ajoute des commentaires linguistiques ou culturels afin d’améliorer la compréhension.
    Je fais la même chose en chinois.
    Par contre, je n’ai jamais essayé en direct à cause du décalage horaire mais j’ai eu de nombreuses propositions aussi.
    Nous vivons une époque moderne ! :)

  2. Commentaire par gabyu :

    Possible, il ya un rush, une mode actuelle. Mais à mon sens, la tendance existe depuis longtemps, environ 10 ans. Quand je suis allé à Tongji uni en 1999, les professeurs commençaient à être débordés et en sous-effectif…

    Pour les filles qui veulent apprendre le chinois, j’ai trouvé l’approche d’apprentissage et de découverte de Ken Caroll pas inintéréssante. La voix féminine est relativement claire et standard (contrairement a celle du de l’homme qui est davantage ‘laowai’)
    podcast sur http://www.chinesepod.com

  3. Commentaire par Victor :

    Etant habituellement un simple observateur de ce blog, je me permets de réagir à ces quelques propos. Personnellement je me débrouille en anglais et en allemand (rien de très folichon il est vrai). J’apprends le chinois depuis un an et demie et si tout se passe comme prévu je pars à Pékin (université BFSU) l’an prochain pour mon année spécifique (IEP oblige…). J’assiste comme toi à un engouement pour le chinois (auquel d’ailleurs je participe…). Les instituts Confucius commencent à fleurir, la culture chinoise est partout vantée et bien souvent idéalisée (on a la facheuse tendance d’oublier quelques problèmes…).Je pense que le chinois ne peut s’apprendre (au sens d’arriver à une certaine maîtrise) qu’en Chine.Ce n’est pas en apprenant les bons ouvrages de ce non moins bon Joël bellassen que l’on peut arriver à maîtriser une langue si complexe ou tout au moins si différente des langues dans lesquelles nous baignons en France. J’oublie de parler des dialectes propres à chaque ville et qui même pour un chinois sont un peu déroutants. On peut certes, avec certaines méthodes, pouvoir se débrouiller pour les besoins les plus élémentaires mais pour ce qui est de commencer à pouvoir discuter en chinois, un long séjour en Chine me semble indispensable. Ton choix était donc il me semble le bon. Et je ne comprends toujours pas l’utilité de vouloir apprendre le chinois par une méthode Assimil ou autre d’ailleurs, si l’on ne projette pas d’aller vite en Chine. Mais bon il me semble que le problème soit le même pour d’autres langues en France ,et ce, même pour l’anglais où l’on forme il me semble dans le système éducatif français des champions de la grammaire anglaise mais des gens incapables de soutenir une conversation (j’en ai fait la douloureuse expérience…). Pour résumer, parlons!! A quand un robot Belllassen capale de papoter avec nous? En attendant j’organise dans mon Iep des groupes de discussion entre étudiants chinois et français, il va falloir faire d’énormes progrès…
    Bonne année à Shanghai!et merci pour ce blog très intéressant pour un étudiant qui comme moi envisage ce grand voyage.

  4. Commentaire par Elodie :

    Cet article m’intéroge aussi. Etudiant en école d’ingénieur, je parle courrament anglais, un peu allemand, et je l’avoue je viens de me mettre au chinois.
    A cela plusieurs raisons : la première est que les centres de langue proposnt aux étudiant des cours à tarifs vraiment intéressants, et qu’il serait bête de passer à côté.
    Deuxièmement, pourquoi le chinois ? D’une part l’attrait que je porte à la culture de pays, on ne peut pas apprendre le chinois si il n’y a pas cette passion (enfin n mon sens), et il est vrai que l’usage de cette langue pourrait être un plus pour demain, surtout pour les jeunes dipômés.

    En tout cas, il ne me serait même pas venu à l’idée d’apprendre le chnois en ligne lorsqu’on sait qu’il existre de nombreux organismes qui dispenses des cours, centres de langues universitaires ou des cci.

    Bravo pour ce blog, et bonne continuation !

  5. Commentaire par Davidoff :

    Bonjour,
    J’ai adoré la photo de profiterolles, après 2 mois passés à Tokyo, je rentre prochainement chez moi, à Paris, en pleines émeutes ! J’aime à trouver des blogs intéressants, donc je vais me plonger dans la lecture de ce blog dès que j’ai un moment, par exemple, ce moment d’insomnie, Tokyo, 4.09 du matin !
    Bonne continuation !

    D

  6. Commentaire par Florent :

    Je partage ton étonnement devant l’initiative du skyper fou
    j’apprends le chinois depuis 5 ans ; je recommande la méthode monique Hoa et surtout de la patience et du plaisir quotidien à apprendre !

    je parle de ce plaisir sur mon blog

    merci en tous cas !
    Florent

Laisser un commentaire