Sécurité

Le pickpocket chinois existe bien

21 juin 2011

Après toutes ces années sans y être confrontée, j’avais fini par croire qu’il s’agissait d’un mythe, d’une de ces légendes urbaines qui reviennent de façon chronique sans vraiment pouvoir les vivre. Aujourd’hui le mythe est tombé : les pickpockets en Chine,  ça existe, et y’en a un qui s’est pris une bonne ruade de coups de parapluie !!

Ma description des faits

  • Heure du crime : ce jour 21 juin 2011, vers 13h, il pleuvait
  • Lieu du crime : à l’approche de la Bank of China à l’angle de Nanjing Xi Lu et Tongren Lu
  • Témoins oculaires : un gardien de la banque, placé devant l’issue Ouest, trop éloigné pour pouvoir intervenir
  • Les faits : j’ai soudainement senti un mouvement et un poids différent sur mon épaule, retournant la tête, je vois l’homme la main encore sur l’ouverture de mon sac qui pendait derrière mon bras, il s’apprêtait à plonger dedans. Mon sang n’a fait qu’un tour : tout en m’écriant, je réoriente mon parapluie déployé et lui assène une dizaine de coups le faisant déguerpir. M’étant ré-assurée que le contenu essentiel de mon sac était intact, j’ai laissé partir le malotru, me remettant de mes émotions. Le gardien 10 mètres plus loin n’a pas bougé…
  • L’individu : ça me fait mal de le dire, mais c’est un chinois typé Ouïgour, probablement venant du Xinjiang, accompagné d’un complice. Un grand gars costaud. Le stéréotype ne va pas disparaître. Le pire c’est que je le revois quelques minutes plus tard de loin à un carrefour. Il me reconnaît aussi, je le pointe du doigt d’un air “Toi mon gaillard, tu as de la chance qu’il n’y ait pas de flic dans le coin. Si je te recroise un de ces 4, tu vas prendre chaud aux fesses.”, il se dissimule derrière son compère de larcin.
  • Les pertes à déclarer : rien à signaler, si ce n’est celle de mon innocence sur les agissements des pickpockets dans les rues de Shanghai, et mon parapluie favori fracassé (je vous disais qu’il était costaud…). A part cela et quelques émotions pour la journée, tout va bien.

Pièce à conviction : parapluie favori fracassé sur l'individu chapardeur

Pièce à conviction : parapluie favori fracassé sur l'individu chapardeur

Voilà M’sieur l’inspecteur !

Epilogue

C’est la première fois que cela m’arrive de toute mon existence. Je sais maintenant comment je réagis : les réflexes sont au point !
Vous me direz : j’ai eu de la chance qu’il n’ait rien pris. Si on arrête l’histoire là, oui. Si je vous dis qu’il a plu à seaux d’eau 2 minutes plus tard, vous comprendrez que je ne suis pas tout à fait du même avis… Mais bon, mieux vaut une paire de chaussures fichue que laisser son téléphone et son portefeuille à un voyou.

Me voilà quitte pour une histoire de plus dans la série “mes 1ere fois, en Chine”.