Cuisine Chinoise

Comprendre Shanghai en 10 minutes

6 février 2012

C’est ce que vous propose cette vidéo très bien faite, publiée fin 2011 et dénichée hier soir sur YouTube. Elle est en anglais sous-titrée chinois, et comme l’anglais est assez rapide aux accents britanniques et qu’ici on est sur un blog de Chine et de Shanghai en français, je n’ai pas pu résister à l’idée de vous en livrer la transcription en français ci-dessous.
 


 

Même après des années à Shanghai, cette vidéo m’a appris 2 ou 3 choses sur l’histoire et les caractéristiques de la ville et ses habitants. Je vous la conseille donc fortement, que vous prépariez votre arrivée à Shanghai, ou que vous soyez un averti de la Perle de l’Orient.

Retrouvez cette vidéo sur la nouvelle chaîne YouTube de Céline en Chine, et aussi sur la page Chronique de Shanghai. Cette vidéo est vraiment une parfaite introduction aux thématiques qui animent Shanghai, et je vais m’en servir comme fil conducteur pour lier vers les nombreux billets du blog qui en traitent.

Je salue vivement le travail fait par l’auteur de cette animation. Pour m’être contentée de la transcrire et de mettre en forme cet article, je peux vous assurer qu’il s’agit d’un travail titanesque, qui plus bien exécuté car il traduit fidèlement les faits de la ville de Shanghai d’hier et d’aujourd’hui. Ci-dessous donc, mon humble contribution, le texte en français !

Enjoy et n’hésitez pas à me donner votre avis ou à me suggérer d’autres vidéos sur Shanghai et la Chine !
 
——————————————————
 

Qu’est ce que Shanghai ?

Lord Amherst, 1er navire britannique à ShanghaiAu matin du 20 juin 1830, Lord Amherst, le 1er navire britannique à visiter Shanghai jeta l’ancre à l’embouchure du Huangpu.
2 Européens débarquèrent sur la rive : Charles Gutzlaff, traducteur et missionnaire, et H.H. Linsay, représentant de la Compagnie Britannique des Indes. La foule s’amassa pour jeter un oeil à ces 2 “barbares”.
Bien que dans son rapport, Linsay ne parlait que de textile en coton et de calicot, son véritable objectif était de vendre de l’opium.

9 ans plus tard, les guerres de l’opium éclatèrent. Après la défaite des chinois par les Anglais, Shanghai devint l’une des villes ouvertes au commerce avec les étrangers par le traité de Nankin de 1842. Une nouvelle métropole commença alors à se développer.
 
Lire la suite »

Fête de la Mi-Automne, entre lune, gâteaux, amis et légendes

19 septembre 2005

Ce week-end, c’était la Fête de la Mi-Automne en Chine, et, à notre manière, nous aussi nous l’avons célébrée !

Danjie et moi, pose au claire du pleine lune, après le basketEt oui, alors qu’en France on ne se dit vraiment en automne que fin septembre, ici en Chine mi-septembre voit déjà annoncée la mi-automne. Il faut dire que les Chinois fêtent le printemps fin janvier - début février, ouh les tricheurs ;)

En fait, techniquement parlant, tout ça est lié au calendrier lunaire qui rythme les rites traditionnels de la Chine. Ainsi, la Fête de la Mi-Automne doit systématiquement être célébrée une nuit de pleine lune, le 15ème jour du 8ème mois lunaire. Car, selon les ancêtres chinois, l’automne s’étendrait sur les 7ème, 8ème et 9ème mois lunaires. Logique, non ?

Bref, cette année, le jour tant attendu tombait hier, le 18 septembre. Mais, paraîtrait-il que le meilleur jour pour admirer la lune, c’est la veille. Voilà pourquoi, Marieke, son amie Danjie et moi avons fait en sorte de nous retrouver ce jour-là pour passer ensemble ce jour de fête, qui bien sûr, pour nous, a commencé par un basket !

Lire la suite »

Le Canard Laqué à la Pékinoise au restaurant Quanjude

14 février 2005

Passer à Pékin sans manger du canard laqué, ce serait un sacrilège, en tout cas vous passeriez à côté de quelque chose…
Une jeune Pékinoise qui faisait partie de notre convoi pour la Grande Muraille nous a conseillé : pour manger le meilleur canard laqué de Pékin, c’est au restaurant Quanjude qu’il faut aller !

En effet, LA spécialité culinaire de Pékin, ce n’est pas le tanghulu ;), c’est le Canard Laqué !
Donc forcément nous avons voulu y goûter, et forcément, dans les règles de l’art.
 

Pour cela, l’adresse la plus renommée de la capitale : le Quanjude, près de Qianmen.

L’adresse en poche, et sans autre indication que de savoir qu’il fallait que nous descendions à la station Qianmen, nous nous sommes donc mises en quête du fameux restaurant. Le problème consistant à d’abord trouver l’avenue, parce que Qianmen, bon c’est pas l’Etoile mais c’est grand, puis à identifier parmi la multitude de restaurants aux néons fournis, lequel présentait les 3 caractères qui nous intéressaient. Vu que nous avions déjà essuyé quelques revers dans la recherche d’adresses précises à Pékin, nous étions particulièrement fières de nous de les avoir trouvés avant d’être laissées pour mortes de faim sur les pavés de Pékin.
Lire la suite »