Coiffure

Nouvelle tête

3 février 2005

2ème corps de métier le plus représenté à Minhang après la restauration, la coiffure ! La restauration je n’avais pas mis trop de temps à tester (voir l’article sur la Jiaozi place), pour le coiffeur se fut plus long…

Je suis allée aujourd’hui même pour la première fois dans un vrai salon de coiffure chinois, et si vous avez suivi, vu que je suis arrivée en Chine en septembre dernier et que je n’en suis pas encore ressortie, ça fait près de 5 mois que je n’étais pas allée chez le coiffeur, autant dire que j’en avais vraiment besoin… Disons qu’habituellement je ne suis déjà pas rendue tous les 4 matins chez le coiffeur, et que je ne m’étais pas vraiment motivée jusqu’à aujourd’hui :|

Donc voilà à quoi je ressemblais ce matin - tronche de cake n°1 - avant

Ouais moi aussi, en voyant ça, je me suis fait peur :]
Du coup, j’ai pris le taureau par les cornes et, ne sachant lequel des 10 salons de coiffures alentours choisir, en bonne paresseuse je suis allée au plus proche qui de plus était le plus grand et, tout récent, m’inspirait confiance.
C’est que c’est important, mes cheveux :)
(clin d’oeil à ceux qui ont déjà vu “Legally Blond 2″, et gare à qui critique ma culture cinématographique, je fais aussi du TKDO !)

Alors c’est comment un salon de coiffure chinois ?

Tout d’abord c’est facile à repérer, devant leur pas de porte ils ont tous 1 ou 2 cylindres bariolés qui tournent et sont rétroéclairés la nuit. Je ne sais pas vraiment pourquoi ils ont tous ça, sûrement un moyen de se faire remarquer des passants…

J’arrive donc dans le salon choisi. Rapide tour d’horizon après l’habituel “Huanying huanying !” (”Bienvenue !”), au moins 5 jeunes filles en veston violet assises à côté de la porte, chacune à tour de rôle se lève pour attendre et accueillir le prochain client.

La jeune fille en veston violet qui m’a ouvert m’accompagne jusqu’à la table de shampoinage. Et oui, veston violet = shampoineuse (que des filles), et visiblement seuls les hommes coiffent…
Pour le shampoing, pas de grand lavage à l’eau, on ajoute de l’eau au fur et à mesure qu’on ajoute le shampoing. Le mieux à ce moment là, c’est le massage du cuir chevelu… Vous êtes détenduuuuuuu….
C’est aussi le moment que choisi le manager du salon, en tenue de sport, pour venir me parler. Il ne parle pas anglais, et c’est tant mieux :) Je sors mon chinois en toute circonstances, avec ou sans shampoing sur la tête ;)

Puis passage au rinçage, non pas assise mais allongée. Eau juste à la bonne température. Après quoi, serviette sur la tête, je retraverse la moitié du salon pour m’installer devant une nouvelle table de coiffure. Le manager m’apporte mes affaires restées sur la précédente. Et cette fois c’est un jeune homme qui s’occupe de mon cas. Pas de veston violet, tenue de ville, visiblement le statut est différent… Mais il n’est pas tout seul à s’intéresser à mes cheveux.
Alors que les autres employés du salon s’amusent, chantent ou encore passent un tête derrière la table à coiffure pour voir comment ça se passe avec la “Faguo” (la française), le manager, dont le portrait est affiché par ailleurs, semble décidé à porter toute son attention sur ma tête. Il revient toutes les 5 minutes voir si tout se passe bien, bizarrement je suis la seule cliente à bénéficier d’un tel traitement :] On n’en vient même à parler loyers, des différences entre la Chine et la France, Shanghai et Paris, une vraie causette de salon ;)

Je venais juste pour un rafraîchissement, et sachant qu’habituellement les coiffeurs chinois ont la main lourde sur les ciseaux, j’ai demandé qu’on ne coupe qu’un centimètre. Je croise les doigts…

Et là, attention, le mode opératoire diffère légèrement par rapports à nos habitudes. Avant même d’avoir touché à ces ciseaux, le coiffeur me sèche les cheveux ! Et oui c’est comme ça en Chine. On coupe les cheveux à sec !
Et c’est seulement une fois le broching fini, seulement une fois que les cheveux sont bien raides qu’on les coupe. Juste une touche d’eau vaporisée pour les humidifier de temps à autres.
La touche finale, effilage. Et voilà !

On me raccompagne au comptoir où le manager nous attend. Durant tout mon parcours, j’aurais été suivie par une feuille sur une plaquette violette (attention aux coordonnés :] ) sur laquelle le coiffeur inscrira le montant total du service : 15 yuans !! 1,5 euros !! Pour 40 minutes de shampoinage, massage, coiffage et bavardage !!

Bien sûr ils me souhaitent de revenir, pourquoi pas après les fêtes du Nouvel An ?, me proposent-ils. Je leur explique alors que ça fait 5 mois que je ne suis pas allée chez le coiffeur… mais à ce prix là, je pourrais peut-être augmenter la fréquence… Vous en pensez quoi ?

Avec des cheveux tout raides comme ça, manque plus que les yeux bridés et on dirait une vrai chinoise, ou presque…