Pékin en 6 Jours

Février 2005, 6 jours à Pékin

16 février 2005

Si les articles se sont faits plus rares ces derniers jours, ce n’est pas par paresse… et non, avec Sandrine, ma cousine venue de France fraîchement débarquée, nous sommes allées passer 6 jours à Pékin, à l’occasion des congés du Nouvel An Chinois !

Du coup, j’en reviens avec des tonnes de choses à raconter sur nos découvertes des hauts lieux de la culture et de l’histoire chinoise, sur nos expériences culinaires et autres péripéties vécues tout au long de cette petite semaine à la mode de Pékin

Ainsi, j’inaugure avec cet article le chapitre Pékin par Céline et Sandrine. Surveillez le bien ! Car il sera en quelque sorte le sommaire interactif de toutes nos aventures, et au fur et à mesure des jours qui approchent, vous pourrez cliquer sur de nouveaux liens qui vous mèneront un à un vers les récits de nos exploits dans la capitale chinoise.

Alors couvrez-vous bien (Pékin en février ça pince !) et suivez-nous :]

Céline et Sandrine, les 2 cousines en Chine, à Beijing,
c’est par ici !

Shanghai - Pékin, via le Z8

12 heures presque comme sur des rails…

Le Palais d'Eté

Pour nous c’était l’hiver mais nous y sommes allées quand même…

La Place Tian'anmen

La plus grande place du monde…
(Avec le camarade Mao)

L'Opéra de Pékin
On est bien déguisées là :] …

La Cité Interdite

La Cité Pourpre se dévoile …
(Avec le camarade lion)

Le Temple du Ciel
Temples, symbolisme et anecdotes…

Le Zoo de Pékin
C’est pas Sandrine et moi sur la photo :] …

La Grande Muraille de Chine - Badaling
Elle est grande, et elle est haute ! …

Les lacs gelés

De Beihai à Longtan, le fond de l’eau est frais …

Pékin à l’heure du Nouvel An Chinois

Danses et fêtes foraines au chant du coq …

Pékin sous la neige
C’est moins rare qu’à Shanghai et c’est tout aussi beau …

Expériences culinaires

De la marmite mongole au canard laqué à la pékinoise …

D’un bout à l’autre de la ville

Comment se déplacer à Pékin …

Notre hôtel

… de jeunesse …

Voilà pour aujourd’hui le programme que je peux vous annoncer, peut-être se verra-t-il enrichir des fois que ma mémoire m’ait fait défaut … :]

En tout cas vous pouvez dès à présent retrouver les premières photos d’une longue série dans l’album Views of Beijing, auquel Sandrine a contribué.

A bientôt sur les routes de Pékin !

Pékin sous la neige

15 février 2005

Mardi 15 février, pour notre dernier jour à Pékin, nous avons eu droit à… de la neige !

Oui, oui, c’est bien Sandrine et moi qui sommes enserrées dans nos grosses capuches. Du coup en ce jour, j’ai vu Pékin avec un champs de vision légèrement réduit :) mais toute de blanc vêtue

Dernier jour à Pékin, les sacs sont fin prêts, nous les laissons à l’hôtel histoire de profiter de notre dernière journée.
Mais même si nous avons déjà pu voir beaucoup de choses au cours de la petite semaine qui vient de s’écouler, ce matin nous sommes comme 2 gamines lorsque par la fenêtre nous pouvons constater à notre réveil que les toits de Pékin sont recouverts d’une épaisse couche blanche, qui s’épaissit encore avec les gros flocons qui tombent sous notre nez…

Youpee, nous allons pouvoir batifoler dans les rues enneigées !
Batifoler… hum… enfin c’était vite dit. Parce que la neige ça glisse :|
Du coup, il nous a fallu 2 fois plus de temps pour rejoindre notre Starbucks habituel pour déjeuner… et ce sera à l’image de la journée… 2 fois plus de temps au gré des rues à marcher prudemment sur les trottoirs recouverts de neige.

J’ai quand même trouvé une astuce, j’ai pu utiliser le pavage des trottoirs pour repérer les zones moins glissantes : probablement à l’attention des mal-voyants, tout le long des trottoirs une ligne orientée dans la direction dudit trottoir est pavée différemment. Et bien sur ces lignes particulières, ça glisse moins :)

Autre chose à garder en mémoire, la neige… quand elle tombe en gros flocons… c’est très joli… mais c’est froid…
Du coup avec tout ça, nous avons cherché toute la journée des endroits où nous pouvions rester à notre aise à l’intérieur.
 

Tout d’abord le Friendship Store : l’un de ces magasins essentiellement pour touristes qui, il y a encore à peine quelques années, faisaient payer les étrangers dans une monnaie (le FEC) différente de la monnaie nationale utilisée par les Chinois (le Yuan, ou RMB). On y trouve donc toutes sortes de souvenirs à ramener, mais pas nécessairement au meilleur prix. Au bilan, sauf s’il neige, ce n’est pas le meilleur endroit où faire ses emplettes…

Puis, après le Friendship Store, en route vers d’autres curiosités en intérieur…

Nous optons, suivant les suggestions de notre guide du Routard, pour des galeries d’art.

Pour nous y rendre, nous avons dû passer par le côté est de la Cité Interdite, et là, nous sommes tombées sur un quartier de maisons basses du type Hutong tout à fait charmant, tout recouvert de blanc qu’il était…

Finalement la marche sera bien longue pour atteindre les galeries d’art contemporain, et, en fin de compte, celles que nous aurons le plus appréciées seront celles que nous aurons trouvées au hasard de nos pas dans la neige, celles recommandées par le Routard étant ou bien fermées, ou bien trop “avant-gardistes” dirons-nous, pour que nous puissions les apprécier à leur juste valeur…
Pour les galeries trouvées au hasard des rues, elles étaient souvent abritées dans des salles aux murs rouges et toits jaunes traditionnelles de Pékin, encore que pour les toits jaunes, là ils étaient plutôt blancs ;)

Notre périple nous aura aussi conduites sur les traces de la Rue de la Soie.
Nous savions que celle-ci avait été détruite peu auparavant, mais qu’elle devait être “recréée” dans un grand magasin sur les lieux de son emplacement original. Nous avons donc souhaité voir ce grand magasin (lieu en intérieur en perspective…) mais nous avons fait chou blanc ;) celui-ci n’étant pas encore fin prêt, nous n’aurons donc pas eu droit au condensé de Rue de la Soie en intérieur :(
 

Il ne nous est alors venu plus qu’une idée à l’esprit pour profiter de nos dernières heures à Pékin…  Que peuvent faire 2 demoiselles dans une grande ville quand il fait mauvais temps… ?
Du lèche-vitrine bien sûr !

Alors, juste le temps de déchiffrer le panneau de l’arrêt de bus pour se repérer un peu, et direction le quartier commerçant de Pékin que nous avions repéré, Xidan et ses grands centres commerciaux, encore bordés d’eau de neige fondue.

On peut être à l’autre bout du monde, une jeune fille sait toujours garder de bon repères ;)

La Grande Muraille de Chine - Badaling

14 février 2005

Un 14 février, certes entre cousines… mais dans un lieu magique.

Qui peut se targuer d’avoir passer sa St-Valentin sur la Grande Muraille de Chine ?!

La Grande Muraille de Chine, c’est le passage obligé de quiconque vient faire un peu de tourisme à Pékin. Celle que l’on appelle aussi le “dragon de dix mille lis” est en fait un ensemble de “Grandes Murailles”, fortifications parallèles construites en différents endroits au cours des siècles, s’étendant sur les montagnes sur 6700 km d’ouest en est (plus long que le rayon de la Terre, ou encore 1/20 de sa circonférence !)

Ainsi, quand vous êtes à Pékin, plusieurs sites de la Grande Muraille peuvent être visités.

Le plus connu est le site de Badaling. Situé à 70 km au nord-ouest de la capitale, c’est le site le mieux restauré qui offre probablement les plus beaux paysages, et c’est donc aussi le site le plus fréquenté…
Lire la suite »

Bol de nouilles post Grande Muraille

14 février 2005

Pour notre journée du 14 février à Pékin, nous faisions partie d’un car de touristes, au programme, Grande Muraille côté Badaling pour le matin, et Tombeau des Ming pour l’après-midi. Et entre les deux alors ?

Et bien pour le déjeûner, notre petit car et nous avons été conduits sur ce qui est probablement le seul et unique site de restauration près de Badaling.
Par site de restauration il faut comprendre en fait une sorte de self laissé à tout vent, sûrement sympa au printemps mais bien évidemment vide en février, et un petit resto/boui-boui dont les chinois ont le secret, le tout bien évidemment avec ce qu’il faut de stands à souvenirs tout autour. Notre guide nous avait indiqué qu’un restaurant de standing supérieur se trouvait dans les parages, mais de 1- elle s’est bien gardée de nous dire où, et de 2- on n’avait pas vraiment envie de payer cash un restaurant pour touristes.

Donc nous sommes allées dans le boui-boui, et nous y avons pris des nouilles ! C’était en fait la seule chose dont je pouvais à la fois reconnaître le nom et qui nous inspirait confiance…
Et bien, à côté de la Grande Muraille à Pékin comme à Shanghai Minhang, chaque fois qu’on mange des nouilles dans un boui-boui, on a droit au spectacle !

On prépare les nouilles devant vous, que dis-je, on les prépare… D’un pâte informe, le cuisinier malaxe, étire, sépare et fait virevolter sous vos yeux ce que bientôt on retrouve dans notre grand bol, flottant dans une soupe bien chaude, et agrémenté, pour cette fois-ci entre autres, de lamelles de viande de boeuf bouillie… ah les niurou la mian !

Bien sûr nous aurons payé nos nouilles 3 fois le prix que je les paie à Minhang, ce sont les lois du tourisme, mais ça ne nous a pas empêché par la suite d’aller prendre un tanghulu, juste histoire de patienter avant de reprendre le car ;)

Le Canard Laqué à la Pékinoise au restaurant Quanjude

14 février 2005

Passer à Pékin sans manger du canard laqué, ce serait un sacrilège, en tout cas vous passeriez à côté de quelque chose…
Une jeune Pékinoise qui faisait partie de notre convoi pour la Grande Muraille nous a conseillé : pour manger le meilleur canard laqué de Pékin, c’est au restaurant Quanjude qu’il faut aller !

En effet, LA spécialité culinaire de Pékin, ce n’est pas le tanghulu ;), c’est le Canard Laqué !
Donc forcément nous avons voulu y goûter, et forcément, dans les règles de l’art.
 

Pour cela, l’adresse la plus renommée de la capitale : le Quanjude, près de Qianmen.

L’adresse en poche, et sans autre indication que de savoir qu’il fallait que nous descendions à la station Qianmen, nous nous sommes donc mises en quête du fameux restaurant. Le problème consistant à d’abord trouver l’avenue, parce que Qianmen, bon c’est pas l’Etoile mais c’est grand, puis à identifier parmi la multitude de restaurants aux néons fournis, lequel présentait les 3 caractères qui nous intéressaient. Vu que nous avions déjà essuyé quelques revers dans la recherche d’adresses précises à Pékin, nous étions particulièrement fières de nous de les avoir trouvés avant d’être laissées pour mortes de faim sur les pavés de Pékin.
Lire la suite »